djéour cissokhoAvec son groupe Allalaké, le sénégalais Djéour Cissokho joue de la kora avec esprit novateur que soucieux de tradition. Il appartient à l’une des familles de griot qui ont perpétué le geste mandingue à travers les générations. Il respecte cet héritage avec virtuosité et ouvre son horizon à d’autres sonorités contemporaines. Des morceaux traditionnels en côtoient d’autres mâtinés jazz, funk,  salsa et blues.

« Je continue justement à propager ce que notre papa nous a laissé. Voilà pourquoi, je suis résident à Paris pour promouvoir cette musique de kora en Europe et en France, en particulier. » Il arrive, selon  Djéour Cissokho, de répondre à des demandes de concert pour le humanitaire. Ainsi, le concert du 12 octobre prochain est un but humanitaire organisé par l’ONG Médecins du Fleuve. « Cette ONG qui est composée de médecins généralistes ou spécialistes, pharmaciens, paramédicaux ou assistants. Elle fournit une aide médicale auprès de populations défavorisées et isolées vivant au bord du fleuve Niger (au Mali) et du fleuve Sénégal. Le concert se fera à Paris à la salle de la poste du 15e arrondissement. C’est dans ce cadre que mon groupe et moi avons accepté de participer. »

Pour le fils de Soundioul Cissokho, la musique de la kora est son métier et il ne vit que sur ça.  « J’ai tout abandonné pour promouvoir la musique de la kora de par le monde. Et pourtant, j’ai été fonctionnaire à la caisse de sécurité sociale au Sénégal, ainsi de suite… Donc, je fais carrière à cette musique et je ne vis que ça de par le monde. Cependant avec cette musique j’ai pu nouer des réseaux en Europe et en Afrique. »

A cet égard, le chanteur sénégalais demande les autorités sénégalaises d’organiser des états généraux sur l’art.  « L’art sénégalais avance bien au Sénégal. Ce n’est pas normal qu’on ne vit pas avec son art. C’est pourquoi je demande aux autorités du pays d’organiser des états généraux sur l’art d’une manière générale pour résoudre tous les problèmes qui y tournent autour de ce secteur qui se développe de plus en plus. Il faut réglementer  tous les métiers de l’art. Exemple : la musique,, le théâtre, la peinture, la littérature, le cinéma, etc . Ce n’est pas normal qu’un comédien n’arrive pas à vivre de son métier dans notre pays. C’est inadmissible. Les artistes devraient bénéficier d’une pension de retraite, de la caisse de sécurité sociale, réglementé auprès du droit du travail. Ce sont des choses nécessaires pour la vie d’un homme. » Par El hadji Diagola, Paris, xibaaru.com

 



PARTAGER