Modern technology gives us many things.

Ce qui bloque le dialogue politique : Les 65 millions et le…

Comme c’est parti, il ne serait pas étonnant que le dialogue politique initié par le gouvernement tombe carrément à l’eau. En effet, à chaque de nouveaux points de discorde, outre la caution jugée exorbitante et le mode de scrutin, le parrainage est venu s’ajouter à la liste des points d’achoppement.

Il faut préciser que le dialogue politique butte sur ces trois points précis : le parrainage (avoir un certain nombre de parrainage pour pouvoir participer à la présidentielle), le bulletin unique (pour éviter la pléthore de listes comme aux législatives) et la baisse de la caution (actuellement de 65 millions)…

dialogue
Le Pr Amsatou Sow Sidibé

« Le dialogue ne se passe pas au mieux. Nous croyons aux vertus d’un dialogue inclusif avec tous les acteurs. Sur des questions essentielles surtout sur le parrainage, il n’y a pas d’entente entre les parties. Derrière ce parrainage, nous sentons la volonté de signer l’arrêt de mort des partis politiques », a estimé le présidente de CAR LENEEN. Pour preuve, souligne Amsatou Sow Sidibé, « il y a l’exemple de potentiels candidats qui sont en prison, il y a l’exil. Et la dernière trouvaille pour bloquer des candidats, c’est le parrainage ». « C’est une question de vie ou de mort de notre démocratie », martèle-t-elle.

Aussi, Pr Sidibé et Cie sont-ils déterminés à ne pas se laisser faire. « Nous ne pouvons pas laisser en suspens cette question pour vaquer à d’autres choses ou alors d’attendre la fin des travaux pour en parler. C’est plus important que tout dans le cadre de cette discussion. La majorité campe sur  ses positions par rapport au parrainage. La majorité ne veut pas que la démocratie soit une réalité dans notre pays. Le parrainage, c’est un fusil à canon pour détruire les partis politiques », dit-elle.

Les commentaires sont fermés.