Modern technology gives us many things.

Fada et Baldé accusés de rouler pour…Macky

Un pas en avant, deux en arrière, voilà à quoi ressemble le dialogue politique initié par le gouvernement. Chaque jour, l’opposition et le pouvoir font face à des désaccords sur des points essentiels des concertations. Aussi, les partis qui avaient pris la décision de participer au dialogue se retirent-ils les uns après les autres depuis le début des discussions. Cette fois, c’est le Front national qui a décidé de quitter la table des négociations. Mais, avant de partir, Aly Guèye et ses camarades ont tenu à déballer grave.

« Le Front National tient à préciser que le parrainage (ou nombre de signatures – 10 000 – demandées à tout candidat indépendant à l’élection présidentielle) est déjà consacré par la constitution (art 29) et le code électoral (art l.116) », rappellent-ils avant d’ajouter :  « Cependant, contre l’avis et les éclairages d’une bonne partie de l’opposition et des non alignés (une vingtaine de partis sur 30), soucieux des intérêts du peuple et du renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit, la majorité, en toute irresponsabilité, en complicité et de connivence avec les autres membres du CCPE (la Cena, l’administration, la société civile, le président dudit cadre, LDR/Yessal de Modou Diagne Fada et l’UCS de Abdoulaye Baldé), ont arbitrairement décidé, pour la Présidentielle de 2019, de généraliser le parrainage aux partis et coalitions de partis légalement constitués et de le porter à 1% (60 à 70 000 signatures) de l’électorat pour un fichier qui pourrait dépasser 7 000 000 d’électeurs avec la révision des listes électorales », dénoncent-ils dans un communiqué parvenu à Xibaaru.

Ainsi, considérant que le but de la manœuvre est d’éliminer certains opposants de la compétition électorale (…) et constatant que l’UCS d’Abdoulaye Baldé et LDR/Yessal de Fada sont la cinquième colonne de l’APR en violation des intérêts de l’opposition dont ils se réclament dans le cadre du CORECTE (…), le Front National a décidé, en accord avec les autres partis de l’opposition (11 sur 15 présents à la concertation), de quitter le CCPE pour ne pas être comptable d’une telle forfaiture », lit-on dans le document.

Les commentaires sont fermés.