Modern technology gives us many things.

Dialogue National: Toujours le statuquo

Le dialogue national a été lancé le 28 mai 2016 par le Président de la République. Mais, un an après  sa mise en œuvre, les engagements pris tardent à se réaliser. En effet, lors de la cérémonie de lancement au palais de la République qui a vu la participation de toutes les forces vives de la nation, 5 points essentiels ont été retenus : la modification de la loi portant sur les partis politiques tournant autour de 267 formations politiques, la modification du code électoral pour la participation des candidats indépendants, le statut de l’opposition, de son chef et du financement des partis politiques, le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale qui sera désormais une loi organique et enfin,  le code général des collectivités locales qui sera désormais un code général des collectivités territoriales complétant l’Acte 3 de la décentralisation.

Le Président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar a fait le point une année après la tenue de cet événement qui a fait du 28 mai, la journée du dialogue national. A l’en croire, deux des cinq points ont été réalisés avant de regretter les lenteurs notées dans la mise en place du comité de pilotage du dialogue. M. Diakhaté est d’avis que s’il y avait ce cadre, le dialogue allait être pérennisé entre les acteurs de la vie sociale, de la vie économique, de la vie culturelle et de la vie politique sur la mise en œuvre de la révision  constitutionnelle.

Ainsi, il fera remarquer que pour ce qui concerne l’Assemblée générale qui devait se tenir,les choses ont bloqué au niveau de l’institution: ” Le règlement intérieur  devait se réformer pour incorporer la nouvelle compétence de l’Assemblée à savoir l’évaluation des politiques publiques”.

Une année après sa mise en place, les choses n’ont pas trop bougé et cela revient à dire que le Sénégal est champion du monde en création d’institutions, mais pour ce qui concerne la pérennisation, c’est toujours la même chose, tout fini par être oublié dans les tiroirs.

 

 

Les commentaires sont fermés.