Modern technology gives us many things.

Deux élèves blessés par balles à Bignona : pourquoi les militaires ont tiré ? Ce qui s’est réellement passé (Reportage xibaaru)

militaires tirentLes élèves blessés par balle à Oulampane par les militaires ont finalement été évacués à Dakar par avion militaire comme pour dire qu’ils allument le feu et viennent jouer aux pompiers. La blessure des deux élèves, l’un de la classe de terminale et l’autre de la classe de 3ème, est très sérieuse. Atteintes par balle, les victimes ont été admises d’abord aux urgences du centre hospitalier régional de Ziguinchor mais à notre passage, on nous a appris que l’hôpital ne disposait pas d’orthopédiste car les deux dont il dispose étaient indisponibles pour des raisons justifiées. Le technicien qui nous l’a dit et a affirmé dès l’arrivée des blessés que ces derniers risquaient d’être évacués sur Dakar faute de spécialiste. Nous nous sommes rendus par la suite dans le village d’Oulampane. Ici le village vit dans une morosité totale, c’est le calme plat. Des groupes de jeunes sont visibles dans les maisons et le seul sujet abordé reste les incidents de la matinée. Personne ne comprend comment on est arrivé à cette situation. La désolation est visible sur tous les visages. Un témoin qui a accepté de nous raconter les faits dans l’anonymat parle de revendication légitime des élèves qui manquent de prof de philo et qui auraient alerté l’administration de l’école avant d’aller en vacance de Noël. Surpris de constater qu’au retour des fêtes, la situation n’a pas évolué, les élèves ont alors décidé de bouder les classes depuis Lundi dernier, jour de la reprise avec 72 heures de grève à la clé. C’est alors que le PCR de la localité aurait fait le tour des maisons à la rencontre des meneurs de la grève pour les amener à surseoir la grève et reprendre les classes. Face au niet que lui ont opposé les potaches, l’autorité locale aurait menacé de les faire exclure de l’école et c’est justement cette dernière position du PCR qui aurait poussé les élèves à hausser le ton pour défier sa démarche. Ils ont d’abord pris d’assaut la maison de ce dernier avec des jets de pierre. Sommés d’arrête de s’attaquer à la maison du PCR, ils ont alors décidé de barrer la RN 4. C’est en ce moment précis que les soldats du cantonnement militaire basé dans ce village ont réagi pour disperser la foule. Les élèves ont fait face à ces derniers, il s’en est suivi des échanges de pierres contre  des coups de feu. Les militaires auraient tiré d’abord en l’air mais face à la résistance des élèves, l’un d’eux a finalement décidé d’en finir et a orienté le fusil vers les grévistes, la suite vous la connaissez.
Nos tentatives pour joindre le PCR  au téléphone sont restées vaines. Aux dernières nouvelles, on nous a appris que l’auteur du tir fatal et le chef du cantonnement ont été rappelés à la maison mère à Bignona par mesure conservatoire locale avant l’ouverture de l’enquête annoncée par les autorités militaires au plus haut niveau. Face à cette nouvelle donne, les élèves demandent aux autorités et aux bonnes volontés de sauver leurs camarades blessés et de régler leur problème de professeur de philosophie, seules conditions pour qu’ils reprennent les cours. Autre réaction, c’est celle du syndicat des enseignants libres du Sénégal, le SELS. Selon son secrétaire général de la section de Bignona, le SELS « condamne ces dérives en répétition des forces de l’ordre et demande au gouvernement et aux organisations de défense des droits humains de réagir pour que la lumière soit faite sur cette affaire et que les coupables soient punis conformément à la loi ». Les enseignants promettent de réagir dans les prochains jours, dans un cadre plus large pour dire « non aux bavures des forces de sécurité sur des citoyens non armés ».
A suivre…

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.