Modern technology gives us many things.

Désormais tout ghanéen doit payer une garantie de 2.300.000 CFA pour séjourner en Grande Bretagne

john mahama david cameronLes autorités britanniques conditionnent désormais l’entrée et le séjour des ghanéens sur leur terre contre le payement d’une caution de £ 3,000 en espèces soit une somme d’environ 2.300.000F Cfa. La réaction du gouvernement ghanéen est attendue dans les prochains jours à en croire un membre du gouvernement.

Selon le ministre britannique de l’intérieur, Mme Theresa May, qui a présenté ce projet de loi pilote, la mesure vise à contraindre les visiteurs ghanéens à ne pas excéder la durée du séjour « overstaying », qui leur a été accordée lors de l’obtention de leur visa.

Cette mesure concerne les visiteurs qui ont des visas de courte durée. Elle entre en vigueur à compter du mois de novembre prochain. En cas d’extension illégale du séjour, les visiteurs ne seront pas remboursés.

Outre le Ghana, cinq autres pays étiquetés de pays «à haut risque» à savoir le Nigeria, l’Inde, le Pakistan, le Sri Lanka et le Bangladesh tombent sous le coup de cette loi. . La deuxième étape de cette loi pilote s’appliquera plus tard aux demandeurs de permis de travail et de visas d’étudiant.

Après la prise de connaissance de cette décision, des ghanéens voient en perspective une barricade devant les portes de leur ancien pays colonisateur. Certains députés souhaitent que le Ghana se lève pour défendre sa souveraineté mais d’autres craignent des brouilles diplomatiques entre les deux pays.

Au parlement ghanéen, la loi britannique a suscité un débat parmi les parlementaires et ces derniers la voient d’un œil discriminatoire .Pendant que des ghanéens ordinaires déclarent qu’avec la caution exigée, ils pourront s’en servir pour réaliser quelques choses au Ghana, d’autres vont plus loin en exhortant leur gouvernement à prendre une mesure réciproque pour les britanniques désireux de séjourner au Ghana.

Du côté des officiels, Felix Kwakye Ofosu, le vice-ministre ghanéen de l’Information a révélé hier mardi à Accra devant la presse que le gouvernement ghanéen va «réagir de manière appropriée » à la nouvelle politique d’immigration britannique qui impose aux visiteurs ghanéens au Royaume-Uni à payer une caution de £ 3.000 comme une garantie pour leur retour.

En dehors du Ghana, au Nigeria comme en Inde, des affairistes déplorent cette mesure. Quant aux politiques, ils commencent à protester contre l’imposition de ces frais pour toute entrée en Angleterre. Une extension de la loi britannique va englober le Kenya mais avec moins de contraintes car étant classé comme « pays moins risquant ». Les services d’immigration britanniques ont moins de doute sur le retour au bercail des kényans.

Des statistiques du ministère britannique de l’Intérieur, il ressort qu’environ 2,2 millions de personnes obtiennent de visas pour l’Angleterre chaque année mais cet effectif a un peu chuté l’année dernière. A l’horizon de l’année 2015, le ministère envisage de réduire le flux migratoire annuel à moins de 100.000 offres de visas. A cet effet, à en croire le journal anglais ‘‘the Sunday Times’’, un officiel en charge de ce dossier a affirmé «Nous avons passé en revue toutes les voies de migration au Royaume-Uni et avons mis en place des mesures pour réduire l’immigration».

Il est à rappeler que les pays indexés dont les ressortissants dont priés de verser des cautions sont les pays dont les citoyens demandent beaucoup le visa d’entrée en Angleterre.
Enfin, en attendant la réaction officielle de la diplomatie ghanéenne sur cette affaire, le terme de pays «à haut risque» collé au Ghana pour une histoire de voyage ne plait pas à la population.

Les commentaires sont fermés.