Modern technology gives us many things.

Des menaces pèsent sur Kédougou, l’Etat doit trancher

cssttao 1Kédougou proteste contre l’implantation de  la CSTT-AO

Les organisations de la société civile ont battu ce samedi 4 janvier le macadam pour protester contre le projet d’implantation de la Compagnie Sénégalaise de Transport Transatlantique  Afrique de l’Ouest (CSTT-AO).

Depuis des mois que le collectif des organisations de la société civile  de Kédougou  a déclenché une guerre sans merci   contre le projet  d’implantation de la Compagnie Sénégalaise de Transport Transatlantique  Afrique de l’Ouest (CSTT-AO).

Ce samedi 4 janvier, membres de la société civile, notables et jeunes de Kédougou, Madina Kénioto, Kénioto-Foulbé sont descendus dans la rue pour protester contre l’implantation de la CSTT-AO.

Il faut dire que cette compagnie envisage de créer dans la périphérie de la commune de Kédougou une plateforme de stockage de produits chimiques.

L’Etude d’impact environnemental et social révèle  que « Les stocks annuels prévisionnels de produits chimiques dans la première phase concernent 10 000 t de chaux (7000 de chaux éteinte et 3000 t de chaux vive), 200t de soude caustique dans des emballages individuels de 50 kg et 200t de nitrate de plomb dans des emballages individuels de 50 kg. A la deuxième phase du projet cette liste sera élargie au cyanure de sodium solide. La quantité prévisionnelle pour ce produit est de 4000 t  par an dans des box de 1 tonne ». Mais la capacité de stockage sera d’environ 1000 tonnes.

Un tel projet constitue une véritable menace pour la population de Kédougou et village environnants c’est pourquoi, les marcheurs n’ont pas manqué de slogan pour fustiger ce projet.

Kédougou n’est pas une poubelle…

cssttao 2«  Kédougou n’est pas la poubelle du Sénégal ! Ne nous exterminez pas ! Protégeons notre environnement ! CSTT-AO = danger de mort, Non à l’implantation de la CSTT-AO !…pouvait-on lire sur les pancartes confectionnées pour les circonstances.

Le ras-le-bol était tel qu’il était difficile à certains jeunes ne pouvaient pas cacher leur excès de colère.

Kédougou ne veut pas baigner dans le sang

« Sont ennemis de Kédougou tous ceux qui soutiennent de près ou de loin à cette « compagnie sournoise  et potentiellement meurtrière » s’installer aux portes de la commune de Kédougou. Les responsables de la compagnie ont menti à nos élus locaux et aux populations. Si l’Etat de veut pas Kédougou baigne dans le sang, il faudrait que la CSTT-AO renonce à s’implanter dans la commune de Kédougou» a souligné Mamadou Diallo

Une fois à la gouvernance Mor Khouma, le porte-parole du collectif des organisations de la société civile a fait lecture du mémorandum avant de la transmettre à Mr Mame Less Cabo, adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives.

Son contenu justifie les  raisons qui motivent le rejet de ce projet par la majorité de la population.

Pollution des terres rizicoles

« Sur le plan socio-économique cet emplacement aura des répercussions négatives sur les activités de production agricole (riziculture) pratiquée sur ce terrain par les populations des villages riverains puisque l’implantation de la plateforme sur ce site équivaut à une perte d’accès permanente à ces rizières, affectera l’écoulement  naturelle des eaux qui ruissellent depuis la montagne et se déversent dans le bas-fonds en contrebas. Par rapport aux impacts négatifs relatifs à la phase d’exploitation  nous pouvons citer entre autres : l’altération de la qualité de l’air, la contamination du sol, la modification du ruissellement des eaux, la pollution des eaux de surface ou souterraine » a souligné M Khouma

Ce projet de la CSTT-AO exposera  Kédougou à d’autres dangers et la population en souffrirait à jamais.

Extermination de la population par l’exposition aux produits chimiques…

cssttao 3« L’impact socio-économique est relatif à la relation conflictuelle projet communauté, risque sanitaire (augmentation IST/ VIH/SIDA), risques  d’accidents de la circulation, dégradations de cadre de vie et pollution. Comme  risques majeurs  il y a  le danger lié aux substances  mises  en œuvre    dans le projet dans le projet, danger lié à l’oxyde de calcium ou chaux, danger lié à hydroxyde de sodium ou soude caustique, danger lié au nitrate de plomb, danger lié au cyanure de sodium, danger lié au gasoil » a-t-il précisé.

M Khouma, le porte- parole des organisations de la société civile reviendra à la charge pour préciser la résolution proposée par le collectif qui ne voudrait rien échanger contre le bien-être de la population de Kédougou.

Kédougou rejette le projet de la CSTT-AO

cssttao« Conscientes de tous ces dangers auxquels la population de Kédougou sera exposée, nous organisations et associations de la société civile de Kédougou exigeons la tenue d’un conseil municipal extraordinaire pour voter avec avis défavorable  l’implantation de la CSTT – AO, exigeons également un audit foncier de la commune de Kédougou ».

En réponse aux participants de la marche Mr Mame Less Cabo adjoint administratif du gouverneur de région a promis de rendre compte à la hiérarchie. Il a également salué l’esprit dans lequel s’est déroulée la marche.

L’intérêt de Kédougou ou des privés ?

Force est de reconnaitre que les paysans qui s’activent dans la zone ciblée par la CSTT-AO ne vivent que de la riziculture. Chaque année, ils contribuent à la promotion du consommez-local en produisant d’importantes quantités de  riz local. Que deviendront-ils si on leur  arrachait et polluait toutes leurs rizières au profit des privés ?

Reste à savoir si l’Etat prendra les mesures idoines pour continuer à assurer la paix et la stabilité dans la  commune de Kédougou qui rejette le projet d’implantation de la CSTTAO.

Si l’Etat et le conseil municipal de Kédougou ne donnent pas satisfaction à ses revendications, le collectif des organisations de la société civile de Kédougou entend utiliser d’autres formes de lutte pour dissuader la CSTT-AO à s’implanter  dans la commune de Kédougou.

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.