Modern technology gives us many things.

Demande sociale : le Président Macky Sall n’est pas encore sorti de l’auberge.

macky courantL’histoire préfère les légendes aux hommes, la noblesse à la brutalité, les actes enflammés aux discours silencieux. Elle se souvient de la bataille mais oublie le son répandu. L’histoire ne retient qu’une infime partie de la vérité sur les hommes mais en retient une grande de l’histoire d’un Peuple.
Le Président Macky Sall n’est pas encore sorti de l’auberge.
Au moment où le Chef de l’Etat parle d’éthique politique et de transparence dans les finances, ce serait bien de mettre un terme à ce cirque honteux de nominations et faire cesser le racket organisé subi dans les différents départements étatiques pour obtenir un document administratif. Le Baromètre de corruption 2013 indexe les principales institutions (Justice, Finances et Police) comme les bastions de la corruption.
Le Chef de l’Etat, en réaffirmant sa ferme détermination à traquer toute personne qui se serait enrichie illicitement, se devrait aussi de ne pas accepter et faire appliquer cette justice à deux vitesses.
Macky Sall qui dit n’être mû que par la volonté de remettre le pays sur les rails de l’émergence, est en train de faire pire que son « père adoptif » Abdoulaye Wade.
Le chef de l’Etat qui met en garde contre l’argent facile et le trafic d’influence, devrait commencer par assainir son entourage qui se gausse d’être les remparts pour devenir quelqu’un dans ce Sénégal.
Aujourd’hui, les sondages montrent que l’ampleur de la déception est immense. Le Président reste incompétent face à la crise et à la pression sociale. Pour sortir le pays des ténèbres, il faut de la hauteur et un esprit de dépassement pour fixer les priorités et les grandes orientations car les enjeux économiques et sociaux sont énormes et les attentes palpables.
La priorité n’est ni dans la traque des biens mal acquis ni dans la course effrénée contre ses adversaires politiques mais le règlement de la demande sociale. Les Sénégalais ont faim, très faim mais gardent néanmoins leur dignité en espérant des lendemains meilleurs. Non seulement Macky a “dévalué” la dépense quotidienne des sénégalais mais son gouvernement et lui sont incapables de soigner leurs maux. Le candidat Macky Sall avait promis s’il était élu Président, de diminuer le prix des denrées de première nécessité mais force est de constater que les sénégalais, tenaillés par la cherté de la vie, sont très fatigués.
La suppression du Sénat et de la vice-présidence, pour des raisons officielles d’économie budgétaire, en faveur des sinistrés des inondations, n’a pas fait que des heureux. En effet, de sources concordantes, le chef de l’Etat se trouverait, aujourd’hui, dans un grand dilemme. Il est tenaillé entre ses promesses de campagne, pour lesquelles il a été préféré à Me Wade et le devoir moral de recaser certains responsables de son parti dans le futur Gouvernement ainsi que les leaders d’organisations politiques ou de société civile qui l’ont soutenu, au second tour de la présidentielle.
Le Peuple préfère un Président qui sanctionne positivement ou négativement selon les mérites et les faits. Pourquoi tourner en rond dans cette honteuse affaire de CIO ? Peut-être qu’il y’a anguille sous roche.
Lorsque qu’arrive le moment pour un peuple de prendre son destin en main, la vérité éclate au grand jour.
Le Peuple a soif de rupture avec un grand R !!!

Djibril DIALLO/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.