siricondi diallo villageNommé par décret en 2007 par l’ancien chef de l’Etat Abdoulaye Wade, Siricondi Diallo a été un des cinq membres du Conseil constitutionnel, envers qui les électeurs sénégalais avaient émis de vives critiques. Il avait l’un des artisans de la validation de la candidature de Wade à l’élection présidentielle de 2012. Wade par Siricondy Diallo validait aussi son Wax waxeet. Mais Siricondy Diallo était aussi au cœur de l’affaire dite des chantiers de Thiès au moment où il était le patron de  l’IGE. Ce fameux dossier à caractère politique avait abouti à l’inculpation et à l’arrestation de l’ex tout puissant Premier ministre Idrissa Seck. L’homme était alors le patron de la redoutable et redoutée inspection générale d’Etat(IGE), un corps de contrôle qui a ôté le sommeil à plusieurs hauts fonctionnaires indélicats, dans le cadre de la gestion des deniers publics. Mais aujourd’hui, xibaaru va à la découverte de celui qui a « géré l’état » mais abandonné les siens, son village…Un beau village

 

Découverte du village natal de Me Siricondi Diallo, ancien coordonnateur de l’Inspection Général d’Etat (IGE), un des sages du conseil constitutionnel du Sénégal qui a validé la candidature de Me Abdoulaye Wade pour un troisième mandat présidentiel.

siricondi vil 1Situé à environ 27 km de Kédougou, Koboye  est un village de la communauté rurale de Fongolimbi. Selon les témoignages oraux recueillis sur place Koboye  aurait été fondé  il y a environ un siècle par  Mody Dioula Diallo qui en serait le fondateur. Faute de sources écrites, des doutes demeurent encore sur les origines  exactes du fondateur. Si les uns pensent qu’il était originaire de Kita (au Mali), les autres prétendent que Mody Dioula Diallo serait un de la guinée Conakry guinéen.

Loin de là, les lieux  qui abritent l’actuel village de Koboye ont été découverts au cours d’une partie de chasse.  Après avoir remarqué que l’eau y était disponible en toute saison et que l’endroit était giboyeux, Mody Dioula Diallo aurait décidé de s’y installer. La décision étant prise, il fit construire plusieurs cases et alla vanter les lieux à ses frères et voisins qui ne tardèrent pas l’y rejoindre. C’est ainsi que Koboye a été fondé. Il existait un grand baobab situé à l’entrée du village. Très ombrageux, ce grand baobab servait de place publique, lieu de retrouvailles, de rendez-vous, de repos, de repère et de réunion. 

Ce grand baobab donnera plus tard son nom au village « ko bohéhi »  signifiant (sous le baobab) qui par contraction  ou déformation  sera Koboye.

L’agriculture, l’élevage constituent les principales activités économiques des habitants de ce village à habitat dispersé. Il compte également comme autres infrastructures, un puits, une mosquée, une école élémentaire, et un collège de proximité  créé au début de l’année scolaire 2012- 2013 par la clairvoyance des autorités en charge de l’Education.

Le projet USAID/EPQ au secours

siricondi vil 2 

Le projet usaid/EPQ a organisé vendredi 22 novembre dernier, un forum de mobilisation communautaire   au cours duquel, les différentes catégories sociales ont pris des engagements pour développer l’Education dans la zone.

Le Cem de Koboye, une solution au retard des élèves

L’implantation du collège a favorisé  l’accès au bonheur des élèves et des parents d’élèves. Mais il reste encore des difficultés à résoudre pour mettre cet établissement scolaire sur les rails. Ces difficultés se résument au manque de matériels didactiques, de salles de classes construites, de blocs sanitaires, entre autres

Raisons suffisantes pour que le projet Usaid /Epq apporte à côté de l’Etat et des autres partenaires son soutien dans la résolution de certains problèmes.

« Nous allons former les professeurs et mettre à la disposition  du collège du matériel didactique. Le projet Usaid/EPQ financera trois activités prioritaires identifiées au moment de l’élaboration du PAQ (Projet d’Amélioration de la Qualité) du collège.» a précisé Pape Ousmane Diallo, coordonnateur du projet Usaid/Epq

Ce forum qui a réuni  vendredi une forte communauté de parents d’élèves de Koboye et villages environnants a permis l’identification des critères d’un collège de qualité.

Pour la communauté scolaire de Koboye et villages environnants, l’obtention d’un collège de qualité répond à certaines conditions 

« Il faut faciliter l’hébergement des professeurs, assurer la mobilisation communautaire autour de l’école, le suivi des élèves à la maison,  disposer d’une cantine scolaire, de blocs sanitaires et surtout libérer les élèves des travaux champêtres pour débuter à temps les cours  ».

C’est ainsi que les différentes catégories d’acteurs se sont retrouvées en ateliers pour lister les engagements à prendre en vue de l’obtention d’un collège de qualité

Formulation des engagements communautaires

siricondi vil 3« Ils ont promis de reboiser le collège, d’assurer régulièrement sa propreté et son ravitaillement en eau, de construire  les abris provisoires en début septembre, de désherber la cour du collège et d’assurer le suivi régulier des élèves à la maison.

Aux côtés de la communauté et des élèves, les professeurs s’engagent également  à organiser des cours de rémédiation, à mettre en place des clubs (anglais, français  sciences) et à dérouler des activités au sein du foyer scolaire.

 « C’est un forum qui est venu à son heure. La communauté a compris que ce collège leur appartient et les débats ont permis d’éclaircir les points sombres. Ils ont compris que ce collège est implanté à Koboye n’est pas seulement la propriété de Koboye à toute la communauté scolaire de Koboye et villages environnants. Les engagements pris seront respectés au grand bonheur de la communauté scolaire » a soutenu M Demba Senghor est le principal du collège de Koboye

Le collège de Koboye est parti pour se place au peloton des collèges de qualité si toutefois les communautés respectaient tous leurs engagements.

Adama Diaby  Kédougou /xibaaru.com

PARTAGER