Le rôle du journaliste est de relater les faits. Celui de l’éditorialiste est de les commenter, de les analyser pour aider l’opinion à y voir clair.

dangoté serigne saliouDans l’affaire Dangote, j’ai l’impression que nous avons tous loupé une marche que la justice de notre pays essaie de reconstruire. A essayer de démêler cet écheveau piégé, elle marche sur des œufs frais tant le dossier est hautement sensible eu égard aux deux mastodontes qui s’affrontent. Les déflagrations sismiques qu’ils provoquent à chacun de leur pas secouent la terre de Touba à Dakar.

Il s’agira pourtant, pour notre justice, de se sortir de cette purée de patate chaude la tête haute, ce à quoi elle s’emploie depuis plusieurs années déjà. Mais les multiples péripéties de cette affaire sont bien le signe que cette bombe à retardement doit être proprement neutralisée pour éviter qu’elle nous pulvérise tous.

Quel est au fond le problème ? Un petit retour en arrière s’impose.

Acte I

Par décret n°2006-1335 du 27 Novembre 2006, une partie de la forêt classée de Pout, d’une superficie de 897ha 70a, ainsi que celle de la forêt classée de Thiès, d’une superficie de 44ha 37a, ont été déclassées au profit de Serigne Saliou Mbacké, alors Khalife Général des Mourides, décédé à Touba le 28 décembre 2007.

Acte II

Par un autre décret, n° 2008-1431 du 12 décembre 2008, il a été prononcé le déclassement d’une partie de la forêt de Pout Est et dans la zone de Thicky d’une superficie de 804 ha environ au profit de la société Dangote Industries Senegal SA.

Seulement, Il est à préciser que le décret portant déclassement des terres au profit de feu Serigne Saliou Mbacké, ne comportait pas de coordonnées, pouvant permettre la délimitation précise des terres, contrairement au décret portant déclassement des terres au profit de la société Dangote auquel étaient annexées des coordonnées précises

Lorsque Serigne Moustapha Mbacké, fils et représentant des héritiers de feu son père, apprit en 2009 que Dangote chevauchait sur une partie de ses terres, son sang ne fit qu’un tour. Ne pouvant obtenir de Dangote de vider les lieux, une plainte finit par être déposée devant le Tribunal régional de Thiès.

Statuant sur la plainte, en juin 2011 ce tribunal débouta les héritiers de l’ensemble de leurs demandes comme mal fondées.

 Ces derniers ont alors relevé appel de ce jugement.

Pourtant la cour d’appel de Dakar a, en juillet 2012, infirmé le jugement rendu par le Tribunal de Thiès. En ordonnant l’expulsion de Dangote avec une astreinte journalière et des dommages et intérêts.

La société Dangote a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt qui sera jugé par la Cour Suprême en Août 2013. Celle-ci finit par débouter les héritiers de Serigne Saliou Mbacké en
cassant la décision de la cour d’appel de Dakar et renvoya tout le monde devant cette même cour.

Voilà qui est clair !

Revenons donc aux derniers développements de cette affaire ! Il y a quelques jours, le Préfet de Thiès a donc autorisé Dangote à reprendre ses travaux qui avaient été suspendus en janvier 2013 par la même tutelle pour des raisons d’ordre public, lorsque les talibés de notre marabout avaient menacé d’investir l’usine pour en déloger les occupants.

En prenant cette décision le Préfet semble avoir entendu les arguments de Dangote qui se plaignait du fait que les eaux de pluies commençaient à détériorer l’usine et le matériel  et que des milliards de francs y engloutis étaient en train d’être perdus.

Cette décision du Préfet de Thiès souleva l’ire de Serigne Moustapha Mbacké qui y voit la main du chef de l’Etat !

Il s’agit maintenant pour nous sénégalais d’oser parler de cette affaire en mettant toutes les options et hypothèses sur la table.

Premier cas de figure : le marabout Serigne Moustapha Mbacké obtient gain de cause ! Voici ce qui nous pend au nez !

Dangote attaquera l’Etat du Sénégal devant la justice internationale car il a obtenu un décret en bonne et due forme de notre Etat avant d’engager des travaux estimés à 500 millions de dollars.

A préciser, nous avons  déjà un dossier pendant devant la justice, la société Kumba Ressources nous poursuivant après qu’on leur ait octroyé des terres, qui  leur furent reprises par la suite pour les allouer à la société Mittal. Le pactole en jeu donne le vertige ! Même si la société Kumba Resources n’avait pas encore commencé l’exploitation du minerai de fer, nous sommes néanmoins condamnés à lui payer 75 millions de dollars de dommages et intérêts soit 37 milliards 500 de francs CFA sur cinq ans, ce qui fait 15 millions de dollars l’année, donc 7 milliards 500 millions CFA par an !

Dans le cas de Dangote, vu le montant de ses investissements, ces chiffres sont de la gnognotte tant l’on risque de déguster des dizaines de fois plus !

Cela, ce sont les aspects financiers. Allez expliquer aux 1300 personnes embauchées et au chômage technique aujourd’hui, que tout ceci n’était qu’une farce, juste le temps d’un Noël et qu’elles vont retourner au chômage.

Et puis l’image de notre pays en prendrait un coup tellement violent que les investisseurs y regarderaient à deux fois avant de venir jouer pour perdre dans ce casino tropical.

Last but not least, au niveau du moral de certains sénégalais, ce serait la dépression nerveuse.

Deuxième cas de figure : notre marabout perd le combat !

Les dégâts ne seront pas moindres.

Serigne Moustapha Mbacké est chef de famille et responsable des héritiers de son père, feu Serigne Saliou Mbacké. Il lui est confié l’héritage de la famille en tant qu’aîné. Imaginons un instant qu’il perde par une décision du Tribunal ou pire, la justice estimant que ces terres ne sont pas cessibles, qu’elles sont octroyées intuiti personae à feu son père… Et comment donc va-t-il expliquer cela à sa famille et à la communauté mouride ?

De plus ces terres, comme Khelcom, seront cultivées par ses talibés dans le cadre d’une agriculture moderne, ce dont nous avons besoin pour ne serait-ce qu’être autonomes et produire ce que nous mangeons.

Si nous nous mettons à sa place une seconde, il est incompréhensible à ses yeux que l’homme le plus riche d’Afrique, vienne empiéter sur ses terres et chipote lorsqu’il s’agit de le dédommager. C’est pour cela qu’il a fait appel à la justice, pour qu’on le rétablisse dans ces droits !

Ce qui rend la chose problématique, c’est que nos titans se sont radicalisés.

Dangote avec sa horde d’avocats est prêt à nous faire rendre gorge devant les tribunaux internationaux s’il venait à perdre le procès, ce qui nous viderait de tout notre sang car juridiquement il est béton !

Notre marabout, à la tête de millions de talibés et convaincu de son bon droit perd le procès. Pourra-t-il contrôler ses talibés si ces derniers décidaient de jouer une 3ème mi-temps et d’investir l’usine ?

En accusant le chef de l’Etat lors sa dernière sortie, Serigne Moustapha Mbacké chercherait peut-être à déplacer le problème sur le terrain politique et ainsi forcer ce dernier à s’en mêler.

En le fustigeant ainsi, le marabout a peut-être déjà enclenché le plan B  salvateur ! Il dit : ‘’le préfet obéit au gouverneur qui obéit au Ministre qui obéit au Premier Ministre qui obéit au Président ! Toc !

Cependant, dans une République comme le Sénégal, la justice est indépendante et il n’est pas naïf de le croire ! Cette affaire est pendante en justice depuis maître Wade et Macky Sall l’a trouvée ici. Seule la justice est la constante ici et intemporelle. Elle devra dire le droit en son âme et conscience et nous le croyons, elle le dira.

Si l’on y regarde bien, le Président de la République n’a rien à gagner dans ce cauchemar et en fin politicien, il le sait. Quiconque gagnera ce bras de fer, il perdra à tous les coups, donc il passe son tour. Les mourides le tiendraient responsable de leur défaite si c’était le cas !

Les sénégalais qui soutiennent Dangote et les 1300 employés au chômage forcé le lui feraient payer très cher si la justice devait débouter Dangote avec ses milliards et ses emplois.

S’il essaie de s’en mêler, les juges n’apprécieraient point car à juste titre, cette affaire ne le concerne pas.

Et ne parlons pas de l’hémorragie financière s’il nous fallait dédommager Dangote ! Déjà que nous tirons le diable par la queue.

En tout cas, nous voilà bien lotis ! Coincés nous autres pauvres sénégalais entre le marteau, l’enclume et le forgeron ! Dans le rôle de ce dernier, la justice de notre pays !

Mais d’ici là peut-être que notre société civile peut aider à trouver une solution à l’amiable au lieu d’assister pantois à ce drame. Car la justice va trancher et ça va faire mal quelle que soit sa décision. Cette affaire affaiblit notre pays et le divertit de ses urgences. Ces deux hommes sont capables de s’entendre ; Il s’agit tout simplement de les aider à se sortir de cette situation et que chacun sauve la face.

Notre marabout, qui n’a pas dû faire appel à des experts de la communication pour expliquer ses positions est vu par certains citoyens comme quelqu’un qui veut annexer des terres indues et fait abstraction des milliers d’emplois que Dangote créé dans notre pays. S’il réussit à bouter l’étranger dehors, le prix à payer risquerait d’être trop élevé  pour lui en termes d’estime et de respect que les sénégalais lui ont voués jusqu’ici.

Dangote, dans le rôle du bon samaritain qui n’était là que pour notre bonheur est pourtant chassé. Il aura moins à perdre in fine sinon beaucoup de temps. Lot de consolation, des dizaines de pays l’attendent. Il lui suffira de démanteler l’usine, de récupérer ce qu’il peut et d’aller voguer ailleurs, kou lambe ya tey… n’est-ce pas ? Le goût de cendre qu’il aura dans la bouche sera vite dissout par les centaines de milliards que nous devrons lui verser en guise de dédommagements et d’excuses.

oumou waneBienvenue au casino tropical, on y perd à tous les coups !

Par Oumou Wane

Présidente Africa7

 

PARTAGER