mouton 1Quand ceux qui donnaient, tendent la main, c’est parce qu’ils n’ont plus rien à distribuer. La quasi-totalité de la population sénégalaise vit de dette, de gage et d’emprunt tellement la vie est dure et que la couleur de l’argent n’apparaît plus.
Les hommes sont envahis par des dettes et rasent les murs tard le soir pour ne pas rencontrer leurs créanciers.
Les femmes sont obligées de vendre leurs bijoux pour subvenir aux besoins familiaux.
Les sénégalais sont fauchés à cause de la cherté des denrées de premières nécessités.
Les citoyens  sont à bout de souffle car terrassés et submergés par les inondations.
Avec cette pénurie d’eau criarde qui a frappé Dakar, les sénégalais dans leur majorité y ont laissé leur force et leur argent pour pouvoir survivre. Cette situation a d’ailleurs failli plonger le pays dans le chaos. Avec la défaillance de la conduite de Keur Momar Sarr, les populations étaient restées  préoccupées pendant trois semaines par le liquide vital qui ne coulait plus de leurs robinets. Cette situation leur avait causé de graves et énormes soucis qui hantaient  leur sommeil et les empêchait de fermer l’œil.
Délestés à longueur de journée par la société  » coupélec  » (Sénélec), les « goorgolou »  sont dans les ténèbres et ont du mal à respecter leurs engagements professionnels. Les coupures de courants empêchent les tailleurs et couturiers de se faire des sous pour les préparatifs de la fête de la Tabaski.
La rentrée des classes ressemble à une rentrée de sauve-qui-peut.
Beaucoup d’écoles sont encore sous les eaux où occupées par les sinistrés des inondations.
Le bout du tunnel est loin d’être atteint.
Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

PARTAGER