Modern technology gives us many things.

CPI : le nouveau plan de Bensouda pour coincer Gbagbo

bensouda gbagboLa force Licorne, dont on dit qu’elle était à l’avant-garde de la chute et de la capture de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, pourrait être une « planche de salut » pour Fatou Bensouda, dans sa quête de preuves pour clouer l’ancien président ivoirien en prison à la Haye. La procureure gambienne aurait pris langue, selon la Lettre du continent, dans sa publication de cette semaine, avec le ministère français de la défense « dans le souci, de solidifier son dossier d’accusation. En point de mire des démarches de Fatou Bensouda, l’arsenal militaire, notamment les armes lourdes qui auraient été entreposées dans le sous-sol de la résidence présidentielle et du palais de la présidence au plateau et que la Force Licorne aurait répertoriées à la chute du « Woody de Mama ». Ces éléments sont pour l’accusation, d’une importance capitale en vue de faire accepter le dossier, que la chambre préliminaire I de la Cpi avait trouvé « léger »le 3 juin 2013. Dans sa décision de l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, en février 2013, les juges de la Chambre préliminaire I avaient demandé à Fatou Bensouda de fournir plus de preuves à son dossier contre l’ex-chef d’État ivoirien. Car les preuves qu’elle a brandies ne permettaient pas de déboucher sur une confirmation ou infirmation des charges. La date butoir initialement prévue pour le dépôt de ces nouvelles preuves était fixée à aujourd’hui, vendredi 15 novembre 2013. Mais il y a quelques jours, suite à une requête de la procureure, la Chambre a autorisé une prolongation de ce délai. Certainement que c’est en vue d’obtenir les détails sur les « armes de Gbagbo » auprès de la France et peut-être d’autres preuves que Fatou Bensouda a demandé l’ajournement de la date de dépôt de son dossier. Il faut dire qu’après la chute de Gbagbo et sa capture le 11 avril 2011, des armes lourdes ont été trouvées dans les bâtiments du palais présidentiel. Ces armes de destruction massive auraient été achetées par l’ex-président détenu à la Haye pour faire la guerre à ses adversaires. Seulement, il ne les a pas utilisées, on ne sait pourquoi. Ce qui fait croire à certaines personnes que ces armes ne lui appartenaient pas, qu’elles ont été déposées là, juste pour accabler et diaboliser le fondateur du Front Populaire Ivoirien (FPI).

Armand B. DEPEYLA à Abidjan pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.