Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire : Restitution symbolique de 40 corps de la crise post-électorale à leur famille

Quarante corps de l’opération d’exhumation des corps de la crise postélectorale lancée par le gouvernement ivoirien le 4 avril dernier, ont été ‘’symboliquement’’ restitués mercredi à leur famille au cours d’une cérémonie officielle, a constaté un journaliste de APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

morts tombesSeulement 22 corps sur les 40 ont été formellement identifiés à cette cérémonie officielle présidée par le garde des sceaux, Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, Mamadou Gnénéma Coulibaly.

Cinq cercueils recouverts du drapeau de la Côte d’Ivoire (Orange, Blanc et Vert) ont été exposés de façon symbolique dans la cour d’Ivosep de Treichville, la principale société de pompes funèbres du pays.

‘’Cette cérémonie est chargée d’émotions et de souvenirs douloureux de la crise post-électorale”, a déclaré le Ministre Mamadou Gnénéma Coulibaly, présentant les ‘’sincères condoléances” du Président de la République, du Premier ministre, du Gouvernement et du peuple ivoirien, aux parents des victimes. ‘’Cette opération est faite pour que la vérité soit rétablie”, a-t-il ajouté.

“Nous dénonçons l’indifférence de l’Etat de Côte d’Ivoire envers nous les parents des victimes (…)”, a dit pour sa part M. Agbohan Sahié, parent de victime, soulignant que ‘’ les cinq cercueils exposés sont vides. C’est seulement une remise symbolique”.

Le Président des parents des victimes de la crise post électorale, Siaka Diaby, a invité l’Etat de Côte d’Ivoire à accompagner les parents à donner une ‘’sépulture digne” aux personnes décédées.

‘’Les parents des victimes souhaitent des mesures d’accompagnement pour permettre aux parents de faire leur deuil”, a-t-il ajouté.

La crise postélectorale de 2010-2011 a été le point culminant d’une décennie de conflit politico-ethnique lors duquel les forces de sécurité pro-Gbagbo ainsi que celles soutenant Alassane Ouatatra et les milices alliées à un camp ou à l’autre ont commis régulièrement et en toute impunité des crimes graves contre les civils.

Des organisations nationales et internationales, dont les Nations Unies et Human Rights Watch, ont documenté des crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité perpétrés par les forces pro-Gbagbo et par les forces pro-Ouattara durant la crise postélectorale qui a fait au moins 3000 morts de décembre 2010 à avril 2011.

Les commentaires sont fermés.