Modern technology gives us many things.

Wade plus mauvais que…Diouf et Macky

Vision socialiste a rencontré, hier, le Secrétaire général du Parti socialiste Ousmane Tanor Dieng. Le co-coordonnateur du mouvement, Alpha Bayla Guèye n’y est pas allé du dos de la cuillère pour rappeler aux Sénégalais combien la gestion du régime libéral de Wade, comparée à celle de Diouf et Macky, a été néfaste pour le pays. Xibaaru vous propose de lire ci-dessous, son allocution.

En 2000, lorsque nous perdions le pouvoir, nous avions fini de faire de notre cher Sénégal, un pays respecté. Nous sortions d’une planification aboutie et réussie avec en prime un taux de croissance annuel de 6,3% et un bon comportement des principaux indicateurs de performance.

Toutefois, les contraintes, d’alors, qui sont d’ailleurs pour la plupart toujours persistantes, avaient fini d’impacter sur le vécu des Sénégalais avec notamment :

  • une politique monétaire à faible tonalité ;
  • une répercussion lente et tardive de la croissance générée ;
  • une croissance démographique fulgurante avec son corollaire de forte hausse de la demande sociale ;
  • des limites budgétaires principalement liées au respect des critères de convergence ;
  • et les impératifs des partenaires au développement.

L’alternance démocratique fut concrétisée avec gloire en consacrant une lecture idéaliste et linéaire de la vie politique du Sénégal, confirmant ainsi l’idée si souvent formulée d’une exception sénégalaise.

Rapidement cette première transition a déçu. L’enthousiasme est à nouveau retombé. Le dépit est à la hauteur des espérances suscitées.

Au plan économique, la croissance chute à 3,2% dès la première année avant d’enregistrer une première hausse de 1,4% en 2005, ramenant le taux de croissance à 5,6% avant de se stabiliser à 4,2% en 2010 soit dix ans plus tard.

Des performances économiques qui, rapportées au taux de croissance démographique, ont eu pour conséquence de laisser, une écrasante partie de la population notamment jeunes, dans la précarité de sous-emploi, dans l’informel et la débrouillardise.

Animé d’un sentiment fort de légitimité au plan politique, sentiment né de leur long combat, de l’ampleur et du caractère historique de leur victoire, le régime libéral a agi tout le long de sa gouvernance avec une grande fermeté qui, au fil du temps, s’est transformée en autoritarisme.

Toute contestation était difficilement acceptable avec de multiples répressions et des affrontements factionnels à main armée. La coercition et la cooptation s’étendent à l’ensemble des secteurs sociaux avec une infiltration continue des administrations et des entreprises. Ainsi, les marchés publics, moyens de booster la croissance, étaient détournés pour enrichir une clientèle politique, qui ont été de véritables freins à la croissance économique du pays, en érigeant les « passe-droits », les « délits d’initié » et la corruption en mode de gestion des ressources publiques.

La presse sénégalaise a été soumise à un assaut d’une intensité inattendue, employant toute la gamme des pressions légales jusqu’aux menaces anonymes.

Quant à la lutte contre la corruption, elle fut utilisée comme un instrument de régulation des conflits politiques plutôt qu’un moyen d’améliorer la gouvernance. Ainsi, les audits politiques ont joué un rôle déterminant dans le ralliement de certains de nos anciens camarades et par conséquent le démantèlement de notre parti. Disait-il lors de son premier Conseil des Ministres « je vais maintenant manger le Ps à la petite cuillère ».

Sentant le « jeu » lui échapper, le régime libéral a démultiplié les dérives avec de modifications constitutionnelles intensives, une instabilité gouvernementale chronique (4 gouvernements en 5 ans) et une démultiplication de positions de pouvoirs et des avantages.

En si peu de temps dans la vie d’une nation, il avait fini d’installer le pays, de façon progressive mais sûre, dans une crise profonde et dans tous les domaines.

Face à cette situation, le Parti socialiste, aux côtés des forces émergentes, a tenu bon face à l’autoritarisme ouvert.

Dans le cadre de plusieurs regroupements, l’opposition des forces vives a été constante et utile avec une participation à des initiatives qui ont permis de consolider la démocratie et de lancer les bases d’une réflexion prospective sur une nouvelle alternance nécessaire.

Cette lutte entamée, pour le peuple et par le peuple, a conduit en mars 2012 à une alternance démocratique portant le Président Macky Sall à la magistrature suprême du Sénégal.

Conscient des enjeux et soucieux d’apporter des solutions adéquates le Gouvernement a, de toute urgence, pris l’option courageuse de faire évoluer son offre politique en formulant de nouvelles orientations économiques, politiques et sociales plus conformes face à la gravité de la situation.

L’efficacité de ces mesures de correction s’est fait rapidement, tant au niveau de la reprise de la croissance qu’au niveau de la maîtrise du déficit budgétaire, sans porter atteinte, ni à la Masse salariale qui a continué d’augmenter, ni aux Dépenses d’Education et de Santé, qui se sont consolidées depuis lors, pas plus  qu’aux Dépenses d’Investissement public sur fonds propres.

En effet, le taux de croissance s’est installé dans une dynamique d’amélioration forte et durable, comme en attestent le taux de croissance de 2014 : 4,3%, ceux de 2015 de 6,5% et de 2016 de  6,6% et de 2017 à 6,8%.

Le déficit budgétaire, en ce qui le concerne, est passé de  5,9% en 2012 à 4,7% en 2015, puis à 4,2% en 2016 et est prévu à 3,7% en 2017.

Par ailleurs, les bonnes performances macroéconomiques de notre coalition ont été accompagnées  par une meilleure répartition des résultats de la croissance et par une plus grande réduction des inégalités sociales et territoriales. Elle a permis d’améliorer l’accès aux services sociaux de base, notamment, l’éducation et la santé, d’améliorer l’espérance de vie de nos citoyens, de réduire la pauvreté et la vulnérabilité et de créer de nouvelles opportunités d’emplois décents.

Ces avancées ont été servies par un effort budgétaire considérable déployé particulièrement au cours de ces dernières années et concrétisé par le financement de politiques sectorielles ambitieuses et par l’allocation de plus de la moitié du budget de l’Etat aux secteurs sociaux.

En effet, les salariés du secteur public et du secteur privé ont vu leurs  parts  des revenus de la croissance augmenter durant la période, avec la baisse de la fiscalité sur leurs traitements et salaires dès 2014, tandis que les retraités du secteur privé ont vu, entre 2012 et 2017, leurs pensions augmenter de 40 %, ce qui s’est traduit par le fait que l’allocataire qui percevait 100.000 FCFA en 2012, perçoit aujourd’hui 146.410 FCFA.

Concrètement, cette volonté politique s’est aussi traduite par la création des « Bourses Familiales », l’avènement d’une politique de « Couverture Maladie Universelle » (CMU) à travers des Mutuelles de Santé auxquelles les ménages titulaires de « Bourses Familiales », les « Handicapés » titulaires de «  Carte d’Egalité des Chances », et les personnes âgées de plus de 60 ans titulaires de la « Carte SESAME », adhérent gratuitement grâce à une prise en charge de leurs cotisations par l’Etat…

Par ailleurs, les inégalités territoriales, qui se sont aggravées durant des décennies à cause des conséquences du « développement inégal » inhérent aux lois du marché du développement du Capitalisme dans notre pays, ont été frontalement prises en charge, en vue de leur réduction significative par des programmes spécifiques comme le « Programme d’Urgence de Développement Communautaire » (PUDC),  le « Programme d’Urgence de Modernisations des Axes et Territoires Frontaliers » (PUMA), ou le « Programme de Modernisation des Villes de l’Intérieur » (PROMOVIL).

Au vu de tout ce qui précède, il est incontestable que le pays  et les populations n’ont jamais été mieux servis que de nos jours.

Dire le contraire, ce serait faire preuve de mauvaise foi manifeste, de démagogie électoraliste !

L’actuelle politique budgétaire repose sur un plus gros coefficient du degré d’Indépendance du pays, avec la part des ressources internes dans le financement des Investissements publics qui passe de 28% contre 72% de ressources externes en 2000 à 58% contre 42% en 2016, et à 64% contre 36% en 2017.

Autre Indication utile : la part des ressources internes dans le financement total du budget de 2017 est de 67% contre 33% de ressources externes, (les  Dons budgétaires et les Dons Programme compris).

Ces performances macroéconomiques et sociales se sont accompagnées d’une stratégie de désendettement du pays avec un taux annuel d’accroissement moyen de notre dette, qui est passé d’un taux moyen de 21% entre 2007 et 2011,  à un taux  moyen de 14% de 2012 à 2016. L’année 2016 affichant de manière particulièrement notable un taux moyen de 12,7%.

Le  Service de la dette publique totale, en ce qui le concerne,  passe de 34,8% des recettes budgétaires en 2011 à 30,5% en 2016.

En réalité, le Sénégal  est devenu  plus souverain que jamais 

Très chers Camarades,

Bien évidemment, tout n’est pas parfait. Le niveau de croissance est encourageant mais reste encore insuffisant et immature. Elle devra se poursuivre et se maintenir au-dessus de 7% pour pouvoir réduire significativement le chômage car son niveau est encore important.

En effet, il est passé de 15,7% en 2015 à 16,6% en 2016, pour atteindre 22,7%  au premier trimestre de 2017. Une  aggravation surtout manifeste en milieu rural, où le taux est passé de 12,8% en 2015, à 16,1% en 2016 et à 22,7% au premier trimestre de 2017, tandis qu’ en milieu urbain, le taux de chômage est passé de 18,6% en 2015, à 16,3% en 2016, avant de remonter à un taux de  18,5% au premier trimestre de 2017.

D’où la pertinence du recours aux  » Domaines Communautaires Agricoles » (DAC) pour lutter contre le chômage en milieu rural tout en renforçant les politiques publiques de subvention des prix du matériel, des facteurs de production dont l’engrais et les semences,  pour moderniser l’Agriculture  et élever sa productivité, afin de relever l’emploi rural.

Il faudrait tout de même noter que cette forte progression du chômage est accompagnée d’une forte augmentation de l’emploi salarié, tant au niveau national, qu’urbain et rural.

C’est ainsi que le taux du salariat est passé, au niveau national de 28,7% en 2015, à 38,4% en 2016 et 42,6% au premier trimestre de 2017, tandis que 87,6% des salariés qui vivaient en milieu urbain, contre 14% en milieu rural, ne sont plus que 69,9% en milieu urbain, contre 30,1% en milieu rural au premier trimestre de 2017.

Avec le PSE, l’emploi salarié s’est donc ruralisé à grande vitesse.

Une ruralisation des salariés qui n’a pas eu d’impact négatif sur le niveau des salaires moyens mensuels  qui est passé de 114.152 frs en 2016 à 125.437 frs au premier trimestre de 2017.

Très chers camarades,

Nous ne devons jamais perdre de vue. Que ce pays, c’est nous qui l’avons fait de nos propres mains.

Avec nos partenaires de BBY, nous avions, en 2012, pris le pari de remettre notre cher pays dans la trajectoire de l’émergence. Un pari que nous sommes en voie de réussir.

Toutes ces avancées indéniablement, encourageantes devraient être appréciées à leur juste mesure. Le fait que notre pays reste encore confronté aux limites factuelles de ses capacités inclusives nous interpelle sur la nécessaire amélioration du contenu en emplois décents de la croissance, sur la réduction des inégalités et des iniquités générationnelles, spatiales et de genre qui continuent à peser sur nos indicateurs de développement humain et altèrent nos performances de développement.

Si le Sénégal a connu des avancées tangibles, la réalité confirme que cette richesse ne profite pas à tous les citoyens.

Tout l’intérêt que revêt nos travaux de WAKHTANOU EULEUK que nous comptons proposons au parti.

Je ne saurais conclure ces propos introductifs sans remercier par avance, encore une fois, tous les camarades ici présents, pour leur contribution et reste convaincu de l’importance de leur apport auquel on restera attentif pour mieux servir les espérances de notre parti et de nos populations, ici et ailleurs, et contribuer à l’édification d’un pays que nous voulons plus prospère, plus équitable et plus solidaire.

Les commentaires sont fermés.