Modern technology gives us many things.

Comment une femme peut-elle gagner 6000 fcfa par mois ? Une honte pour le Sénégal…

Le bureau international du travail à de la matière à Bignona. Des centaines de femmes travaillent durement mais elles sont sous rémunérées. Ce sont les femmes lingères ; elles quittent par vague
les villages périphériques de la commune de Bignona pour venir chercher du travail en ville. Elles font cette rotation par semaine pendant toute l’année. Ce sont des femmes à encourager car déterminées
à gagner leur sur la sueur de leur front mais la difficulté réside dans le fait qu’elles sont très mal payées par leurs employeurs. Elles font le linge et repassent les habits le même jour ou le lendemain et rentrent au village distant de plusieurs kilomètres (5 à 10km) à pied.
Pour espérer gagner une somme consistante à la fin du mois, certaines, plus braves, sont obligées de faire le travail pour plusieurs personnes. Donc elles reviennent à Bignona deux ou trois
fois par semaine. Ce n’est pas seulement ce travail qu’elles font de toute leur vie ; elles sont aussi mères de famille et sont obligées de s’acquitter de leurs tâches au foyer conjugal. Pendant l’hivernage, elles vont aussi travailler dans les rizières sans abandonner le travail à Bignona. Certaines qui ont accepté de nous parler dans l’anonymat expliquent que l’argent gagné est utilisé pour régler certains besoins dont la prise en charge de l’éducation et la santé de leurs enfants mais pour certaines c’est tout simplement pour nourrir la famille. Il y en a qui font ce travail depuis plus de 20 ans et il n’y a aucune revalorisation salariale ; le même boulot pour la même galère. Où est l’état à travers le ministère en charge de la femme ?
Où sont les fondations et autres organisations de défense des intérêts de la femme ? Tout le monde est absent et laisse ses braves femmes à la merci de leurs exploitants. Elles vieillissent toutes avant l’âge.
Mamadou Lamine Badiane à Bignona pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.