Modern technology gives us many things.

Bras de fer contre Macky : faut-il vraiment rééditer le 23 juin ?

L’opposition est déterminée à mener la vie dure au Président Macky Sall. Après un premier sit-in avorté le 9 mars dernier, les leaders de l’Initiative pour des élections démocratiques (IED) avaient décidé de revenir à la charge hier avant de finalement reporter. Cette fois, la manifestation se tiendra devant l’Assemblée nationale le 23 juin. Une date symbolique qui a marqué le début de la fin du régime libéral. Le peuple, partout à travers le territoire national, avait tenu à montrer au Président d’alors, Me Abdoulaye Wade, que c’est lui qui détient le vrai pouvoir.

Si la volonté populaire avait contraint le pape du Sopi à retirer son fameux projet de loi sur le ticket présidentiel, il n’en demeure pas moins que c’est un jour qui a failli plonger le Sénégal dans le chaos au regard de ce qui s’est ensuivi. En effet, s’étant rendu compte de leur pouvoir, les manifestants ont multiplié les exigences demandant carrément le retrait de la candidature de Me Abdoulaye Wade pour un troisième mandat. Des affrontements soldés par mort d’homme, beaucoup de blessés et des arrestations aussi bien à Dakar que dans les régions sans compter les dégâts matériel, la psychose qui s’était emparée des Sénégalais. Malgré tout, la bataille n’avait pas été gagnée sur le terrain mais bien dans les urnes.

Et ce sont ceux dont le règne a été mis fin ce jour-là qui veulent rééditer le 23 juin soutenus en cela par des leaders politiques frustrés par leur compagnonnage avec le Président Macky Sall. En dehors de l’aspect dérangeant de la chose, il faut noter que le contexte n’est pas le même. L’opposition compte donc dénoncer le processus électoral, la fraude massive qui se préparerait, l’élimination d’adversaires politique à travers le parrainage, ce qu’elle appelle la confiscation des libertés, la corruption, etc. Le Sénégalais lambda se sent-ils vraiment concernés par ce combat politique ? Eh bien, il leur suffira de politiser le front social en ébullition, les rapts d’enfants et les meurtres de nos compatriotes à l’étranger pour l’y intéresser.

Les commentaires sont fermés.