Modern technology gives us many things.

Cheikh Diallo : un témoignage basé sur « Karim m’a dit », « Il est probable », « En mon sens »…

Le procureur de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) doit être un homme qui ne croit qu’aux rumeurs. Il aime tellement les rumeurs qu’il baigne le plus souvent dans le mensonge. Dans le procès Karim Wade, le procureur Alioune Ndao a tellement envie de faire porter le chapeau à Karim Wade qu’il prend pour vraies, toutes les suppositions et supputations pourvu qu’elles accusent le fils de Wade.
C’est ainsi que pour le procureur, les suppositions de Cheikh Diallo sont les preuves de l’implication de Karim dans la création de sa société qui se nomme CD média qui veut dire (Cheikh Diallo Médias). Cheikh Diallo dans sa déclaration à la CREI a tout dit sauf l’essentiel car il n’apporte aucune preuve de ce qu’il avance.
Il dit : « la société dont je suis le directeur général s’appelle bien CD MEDIA GROUP SA qui est la propriété de Karim Meïssa Wade qui payait lui-même les salaires. »
Aucun acte notarié ne stipule que CD médias appartient à Karim Wade. La société s’appelle CD médias et non KW médias…Sur les Salaires, Cheikh Diallo ment. Car Les chèques payés ne sont pas au nom de Karim et c’est lui-même Cheikh qui signait les chèques. Et dans le document du notaire, il est indiqué que le gérant se nomme Cheikh Diallo, ce qui lui donne le pouvoir de signer les chèques.
Il continue : « Par ailleurs, je précise que c’est lui-même (Karim) qui m’a octroyé les 30% de parts, les 70% revenant à Patrick WILLIAM. A propos des 70% des parts, Karim Meïssa Wade m’a lui-même dit que c’est lui-même qui les a octroyées à Patrick WILLIAM. »
Voilà le pauvre Cheikh Diallo ! « C’est Karim qui m’a dit » : est-ce suffisant pour une preuve ? C’est parole contre parole…Le procureur doit aussi croire si Karim lui dit que c’est son père qui lui a donné l’argent.
Et Cheikh Diallo ajoute : « Ce dernier (en parlant de Patrick WILLIAM) n’a jamais participé à aucune activité de la société…En mon sens, Patrick William n’était qu’un prête-nom pour Karim Meïssa Wade”.
Maintenant c’est son sens qui lui dit que Patrick William est un prête-nom : Et le procureur croit à ça. Et si Cheikh Diallo lui avait dit : « En mon sens des voleurs sont au Palais »…
Tout ce que Cheikh Diallo a dit ou déclaré sur Karim Wade résulte du seul fait de son récit. Il n’existe aucun document signé qui prouve que Karim Wade est le proprio de telle ou telle entreprise. En revanche, les seuls documents signés par Karim Wade sont les attestations permettant à Cheikh Diallo d’accéder à une école de Journalisme à Paris et les chèques de 3650 euros qu’il a payés par an pendant 3 ans pour son bourreau d’aujourd’hui…
Sidy Niang pour xibaaru.com

2 commentaires
  1. Xeme dit

    Après le casting, Patrick William “confirme”. Et comment ?

    Quid d’un procès basé sur des phrases à conviction à la place des pièces à conviction habituelles.
    Nous avons fini par comprendre que la CREI a fait un travail pour acquérir des témoins à charge, travail qu’Agboba a expliqué devant la cour. Mais aussi, travail que nous pouvons comprendre en observant les choses. Tous les témoins à charge sont libres. Or quelle est la consistance de leur témoignage ? Ils disent : “j’avoue avoir collaborer avec le faussaire pour le vol de l’argent de l’état”. Et ils sont libres. Il y en a même parmi eux qui ont obtenu liberté pour avoir accepter de reconnaître qu’ils ont été complice de vol. On leur a fait changer de statut. D’accusés complices, ils deviennent simples témoins à charge. Les gens de bonne foi ont compris.
    Mais, la CREI a omis de bien préparer ses témoins à charge. Car mentir requiert un minimum de cohésion et donc d’intelligence. Que dit Patrick Williams ?

    ” Karim Meissa Wade avait justifié leur création en invoquant le besoin de régler le problème des militants politiques”.

    Où sont les militants de Karim dans les sociétés créées ? Où est l’intérêt des militants dans les sociétés créées ? Quel sens peut avoir le fait de créer des sociétés pour des besoins de militants et de les cacher et se cacher de ces militants politiques ?

    “en précisant que, compte tenu de ses fonctions et qualités,”

    Comment Karim précise-t-il ? En répétant, en insistant ? Le rôle du rapporteur devait être de décrire l’attitude, les gestes, les dires qui lui ont fait comprendre une précision. Quand je dis que quelqu’un précise, c’est mon jugement à partir de ce que j’ai vu ou entendu. Bref c’est Patrick qui précise pour nous. Et quoi ? Ce qui va suivre.

    “il ne pouvait pas apparaître et avait par conséquent besoin d’hommes de confiance sur qui s’appuyer pour lui servir de prête-nom.”

    C’est là où le mensonge apparaît dans sa nudité. Dans le monde des entreprises et des acteurs d’entreprises, on parle de porteurs d’action et d’actionnaires anonymes. La locution “prête-nom” n’est pas d’usage. Au Sénégal la notion de prête-nom a été mise à la mode par la CREI. Elle n’était pas d’usage courant dans le parler des sénégalais avant CREI. Si William avait tout simplement dit que Karim voulait qu’il lui serve de prête-nom, son discours pourrait avoir un sens, mais qu’il mette ce mot dans la bouche de Karim, alors que ce mot n’était pas encore à la mode au Sénégal, enlève tout sens à son discours. C’est comme un Youssou Ndour qui lance une chanson ñaaro en 2013, qui donne naissance à une mode ñaaro, puis le mot passe dans le langage des sénégalais. Le mot rendez-vous devient ñaaro. Et un témoin à charge contre Karim nous dit qu’en 2011 Karim lui avait exactement dit:”il faut venir au ñaaro”. Il lui fait utilisé un mot qui n’était pas encore à la mode. S’il utilise ce mot aujourd’hui, on comprend son intention d’accrocher l’attention de son auditoire puisque le mot est à la mode. Mais il oublie qu’il conte une histoire d’hier, avant le mot.
    Il dit que Karim a eu recours à lui parce qu’il avait un besoin de prête-nom sûr. Mais dans le même témoignage, pour se tirer d’affaire, il ne reconnait aucune responsabilité. Puisque qu’on lui faisait signer des actes dont il ne savait rien. Il n’était donc pas un prête-nom. Dans son témoignage, il a fait une usurpation de fonction, celle d’un prête-nom.

  2. Mayday dit

    Il est temps d’arrêter cette farce mauvais goût , les sénégalais désabusés, ont découvert la supercherie. cette dégringolade vertigineuse des chiffres (de 700 milliards à moins de dix) aurait suffit à disqualifier la CREI

Les commentaires sont fermés.