Modern technology gives us many things.

Cheikh Ahmadou Bamba : « Lorsque je suis monté dans ce navire qui m’amenait hors de mon pays, je marchais avec les Élus »

déportationLe Serviteur du Prophète est né en l’an 1270 de l’Hégire (correspondant à 1853/54 du calendrier romain) dans le village de Mbacké Baol fondé en 1795, sur un don du Damel Amary Ngoné, par son aïeul Maharam MBACKE (mort en 1802). Il a grandi sous l’atmosphère de piété et de vertu dont irradiait sa mère, dénommée à ce titre “Jâratu-Lâh” (La Voisine de DIEU), le jeune enfant développa très tôt un sentiment religieux et une pureté morale ne pouvant s’expliquer que par une Faveur Divine particulière. Et lorsque l’inéluctable destin vint arracher son père, Momar Anta Sali, âgé de 61 ans, aux mains de son fils, âgé alors de 30 ans, s’amorça, à partir de ce mardi 20 du mois de Muharram 1299 de l’Hégire (1882-1883 de l’an romain), l’étape décisive de l’existence hors du commun de celui que l’Histoire sera appelée à sacrer Serviteur Privilégié du Prophète de Dieu.

Cheikh Amad ibn Muammad ibn abīb Allāh, aussi appelé Khadimou Rassoul, deviendra lune des figures les plus importantes de l’Islam de la région et fondera la confrérie des Mourides. Ses compatriotes lappellent affectueusement Cheikh Ahmadou Bamba.

Fils de marabout de la confrérie de Xaadir (Qadiriyya) – la plus ancienne du Sénégal –, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké était un musulman ascétique et mystique qui écrivait sur la méditation, les rituels, les études coraniques et faisait des prières pour ses adeptes. Bien que ne supportant pas la conquête française, il ne participa pas à la guérilla que menaient les plus célèbres marabouts tidjanes. Il prêche cependant avec succès la paix et promet le paradis à ses disciples. Il fonde la ville de Touba en 1887. Étant parvenu à convertir plusieurs rois de la région et pouvant mobiliser de très nombreux disciples, il est accusé par l’administration coloniale française de préparer une guerre sainte

Une fois prise, à l’issue de la séance historique du Conseil Privé de Saint-Louis, la décision de l’interner au Gabon, Cheikh Ahmadou BAMBA fut transféré à Dakar où il parvint au soir du jeudi 19 septembre 1895.

Installé chez un indigène du nom de Ibra Binta GUEYE, le Cheikh, alors à jeun, se vit aussitôt convoqué par le Gouverneur de Dakar dont le courroux, se déversant sur lui, l’obligea à passer la nuit dans une cellule infecte dont l’inhospitalité marqua si fortement le Cheikh qu’il écrivit plus tard:
“Lorsque je songe à ce qui fut décidé, à ce Gouverneur et à ce cachot, me prend aussitôt l’envie de combattre par les armes; mais Celui qui efface les péchés [le Prophète] m’en dissuade… “

La Déportation

Le 18 septembre 1895, l’exil du “Marabout Ahmadou Bamba” est confirmé par lettre du commissaire général du gouvernement français au Gabon. Cette notification en application de la décision prise en conseil privé réuni à Saint-Louis par le gouverneur le 5 septembre fait ressortir l’accusation portée sur le Serviteur du Prophète (PSL) en ces termes : “ses agissements et ceux de ses talibés menacent de troubler la tranquillité du bas Sénégal”.

21 septembre 1895 : L’ALLER

“J’ai quitté Saint-Louis le matin du jeudi par la grâce d’Allah, après avoir vu le gouverneur, et je suis monté dans le train jusqu’à Dakar. Je n’oublierai jamais la nuit du vendredi qui suivit, à Dakar, jusqu’à ce que je sois au paradis promis à ceux qui croient. Je me rappelle que le gouverneur m’a fait appeler de la maison où je m’apprêtais à passer la nuit et il m’a fait transférer dans une autre maison où personne n’aurait voulu se reposer.

J’étais seul dans une pièce, et il faisait très sombre. Mais Allah, le Très Haut m’a sauvé de toutes ces ténèbres par sa grandeur, et j’ai commencé à prier pour le Prophète (PSL). Après que je sois sorti de cette pièce, on m’a embarqué sur un petit bateau qui m’a conduit vers un grand navire, l. Allah (qu’il soit loué et exalté) m’a offert ce jour-là son appui et m’a donné une constante extraordinaire jusqu’à ce que je sois arrivé sur ce navire et j’ai su que la parole d’Allah est la plus sublime”.

“Lorsque je suis monté dans ce navire qui m’amenait hors de mon pays pour m’emporter au Congo, je marchais avec les Élus, là où j’allais, alors que l’ennemi me croyait son prisonnier.”

“Celui qui dit que j’étais en exil par les colonialistes (Nassaranes) détenteurs de sabres et de lances, ma réponse est qu’Allah m’a suffi en cette circonstance car c’est lui qui m’a protégé contre leurs armés.

Ils m’ont exilé en disant que j’étais un adorateur d’Allah faisant la guerre sainte.

Ils croyaient que nous avions des canons et tous parmi eux nourrissaient de la haine envers moi.

Alors qu’en vérité j’étais l’adorateur d’Allah et le serviteur du Prophète auquel on doit louange.

Et leur propos disant que je faisais la guerre sainte était vrai.

Certes c’est pour la gloire d’Allah que j’ai mené ce combat. J’ai fait cette guerre sainte avec pour seules armes le savoir et la piété.

Je suis l’adorateur d’Allah.

Et son serviteur, et Allah m’en a rendu témoignages”.

Rassemblés par Sidy Niang depuis Touba pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.