Modern technology gives us many things.

Les transporteurs se révoltent contre le ministre

Le ministre des transports est clair. Pour revoir à la baisse le nombre d’accidents de la route, il faut arrêter le transport interurbain à partir de 22 heures. Mais, les transporteurs ne veulent pas l’entendre de cette oreille. Pour eux, arrêter de circuler au-delà de 22 heures ne peut en aucun cas résoudre le problème.

Ils rejettent, ainsi, cette décision préconisée par Abdoulaye Daouda Diallo qu’ils trouvent inopportune. Pour Malick Diop, chargé de communication de « Circulation Taxis Dakar »,  « cela peut porter préjudice au transport national et aussi international et peut avoir un impact sur l’économie du pays. Ce n’est pas une mesure adéquate ».

Pour lui, les autorités doivent parler des vrais problèmes et arrêter de pointer du doigt les transporteurs: « ils ne veulent pas toucher aux vrais problèmes et ils ne font que tâtonner. Les chauffeurs ont, certes, une part de responsabilité concernant les accidents de la route mais la plus grande responsabilité incombe aux autorités qui délivrent les permis de conduire et les visites techniques. C’est eux aussi qui font les routes et ils sont à 90% responsables de toute cette situation », a-t-il fait savoir.

M. Ndiaye a aussi donné son avis sur le permis à point que le Sénégal veut instaurer pour mieux réguler le transport. Pour lui, il est prématuré de parler de permis à points: « il ya des mesures préalables qu’il faut prendre, il faut revoir l’environnement et aussi créer le matériel qu’il faut avant de parler de permis à point », a-t-il soutenu.

Et pour montrer qu’ils sont déterminés à barrer la route au gouvernement qu’ils accusent de vouloir saboter leur travail, les transporteurs comptent organiser un sit-in le 19 mars prochain. Ils entendent mettre à nu tous les problèmes auxquels ils sont confrontés entre autres, la suppression du laisser-passer qui leur est exigé pour pouvoir faire du transport interurbain.

Les commentaires sont fermés.