Modern technology gives us many things.

Casamance…Qu’en est-il exactement ?

Ça ne rigole pas dans la région sud où l’armée et les rebelles ont eu un affrontement qui s’est soldé par mort d’homme. Si le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance a, dès le départ, nié être mêlé à la tuerie de Boffa qui avait fait 14 victimes, les derniers développements de cette affaire ont tendance à indiquer le contraire.

Sinon pourquoi le chargé de mission du MFDC, Omar Ampoï Bodian a-t-il été arrêté ? Celui-là même qui avait assuré que le mouvement indépendantiste a ouvert une enquête en son sein pour mettre cette affaire au clair…

D’autre part, qu’en est-il de la piste des populations en rogne qui auraient décidé d’en finir avec les trafiquants de bois dont faisait état l’ancien ministre de l’Environnement Ali Haïdar?

Ou encore les commanditaires de l’attaque meurtrier de Boffa qui se trouveraient dans la capitale, selon le président des cadres casamançais, Pierre Atépa Goudiaby ? Car, s’il y a eu des auditions, les arrestations se font surtout au niveau de Ziguinchor.

En effet, 16 personnes dont deux chefs de village, des dignitaires et le journaliste René Capain Bassène ont été appréhendés. Il se susurre qu’ils auraient eu une collusion entre avec les tueurs de Boffa qui n’ont jusque-là pas été pris.

Quoi qu’il en soit, il n’y a plus de doute, le processus de paix entamé il y a seulement quelques jours avant le massacre se voit fortement menacé par les accrochages entre l’armée et les rebelles.

Et les populations vivent dans la hantise de devoir revivre les pires atrocités d’il y a 36 ans alors que l’espoir de voir la paix s’installer définitivement dans la région sud commençaient justement renaître…

2 commentaires
  1. xbt dit

    Ce sont les vrais questions concernant cette tuerie pour ne pas tourner en rond et ce serait bien d’apporter des réponses à ses questions.

  2. Mayday dit

    la seule réponse est de laisser en finir une fois pour toute avec ces rebelles réduits en de simples coupeurs de route et de trafiquants de toutes sortes qui n’ont plus de zone de repli depuis la chute de Jammah.

Les commentaires sont fermés.