Modern technology gives us many things.

Candidature de Karim : Le recours envoyé au…Koweït

Les avocats de Karim Wade ont traîné le pas pour introduire un recours sur le rejet de l’inscription de Karim Wade des listes électorales dans le pays d’inscription…C’est-à-dire au Koweït.

Et c’est un citoyen, juriste de formation qui a introduit ce recours pour faire validerr l’inscription de Karim Wade.

Il s’appelle Yaya Niang et est chercheur en Droit. Il affirme avoir formé un recours gracieux pour l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales. Voici sa lettre de confirmation rendue publique.

« J’informe l’opinion publique nationale et internationale que j’ai formé un recours gracieux aux fins de l’inscription de M. Karim WADE sur les listes électorales par lettre en date du 12 juillet 2018 envoyé par DHL le 16 juillet 2018 à Monsieur l’Ambassadeur du Sénégal au Koweït.

J’ai exercé ce recours de mon propre chef en ma qualité de titulaire du droit de contester l’omission, le rejet ou la radiation de tout autre électeur des listes électorales tels que les services centraux du Ministère de l’Intérieur de la République du Sénégal ont, sans base légale, procédé contre M. Karim WADE.

Je tire ce droit de contester la décision des services centraux sur le fondement des articles L 45 alinéa 3 de la loi 2017-12 du 18 janvier 2017 portant partie législative du Code électoral, du décret n° 2017-170 du 27 janvier 2017 portant partie réglementaire du Code électoral et de l’article 11 alinéa 3 du décret n°2018-476 portant révision exceptionnelle des listes électorales en vue de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Je soutiendrai cette contestation en ma qualité d’électeur conformément aux lois et règlements en vigueur dans la République du Sénégal, à toutes les étapes et à tous les degrés de la procédure. Le Chef de la représentation diplomatique de la République du Sénégal au Koweït est dans l’obligation de répondre et dans les délais prévus par la loi.

Je le fais en ma qualité de citoyen Sénégalais et Chercheur en droit électoral et invite tous les sénégalais à lutter contre l’arbitraire et la confiscation des libertés publiques. L’injustice, d’où qu’elle vienne, doit être énergiquement combattue. L’instrumentalisation de la loi dans l’unique but d’écarter des candidats à une compétition politique est une pratique malsaine qui entretient et nourrit « le démon électoral africain ».

Docteur Yaya Niang, chercheur en Droit

1 commentaire
  1. Karimwade dit

    L’enfant béni de Boinadji a encore parlé, nous sommes fier de toi Yaya. En fait la justice est bafoué au Sénégal mais la justice du peuple parlera dans les urnes. Karim President

Les commentaires sont fermés.