Modern technology gives us many things.

Bruno Metsu est parti. Il est parti !

 

bruno 3Dans la douleur mais aussi dans la dignité et le fair-play. Nous laissant pantois !

Pourtant il y a quelques semaines, dans un sursaut révolutionnaire, il s’était rebiffé devant l’horizon funeste qui égrenait ses jours. Faisant fi de la dure réalité et des prévisions pessimistes, il a annoncé, qu’il avait plein de projets et que cette mi-temps qu’il jouait, il entendait la gagner. Le sort apparemment n’a pas voulu l’aider, le Bon Dieu l’aimant certainement mieux que nous ! Notre Seigneur a peut-être besoin d’entraineurs talentueux pour le championnat du Paradis ! Bon comme il est souverain, on se plie même si nous retroussons le nez un peu ! Quand même, permettez que l’on se le retrousse, après Bocandé, c’est maintenant Bruno qui nous est arraché, que nous reste-t-il ? A ce rythme vous ne perdrez plus aucun match là-haut. Ne trouvez-vous pas que nous sommes assez dégarnis là ? Excusez l’affront, c’est le désespoir qui parle mon Dieu, parce que par ces temps qui courent vous ne faites plus de quartiers, vous avez tendance à nous prendre au mot et à sévir. Bon pardon, on ne va pas se fâcher ! Pardon seulement.

Bruno, voici un homme qui a cru en nous, qui a cru en nos garçons et leur a insufflé une énergie incroyable pour aller décrocher la lune.

C’était hier en Corée. Quelques heures avant le match d’ouverture de la coupe du monde, dans ce hall d’hôtel grouillant, Bruno était confiant et disait aux gens autour de lui, que ce match, nous allions le gagner parce que nous n’avions aucune pression, que la pression était de l’autre côté ! ‘Il ne manque pas d’air celui-là’ pensait l’audience. Et pourtant, un petit doigt nous soufflait que ce qu’il disait était cohérent. Avec une telle confiance en perfusion chez les joueurs, débarrassés de tout complexe par la force et la détermination de cet homme hors du commun, tout peut devenir possible.

bruno 1Il inventa son équipe et comme un génie fou, un Einstein du foot,  il télécommanda chaque joueur et livra une partie exceptionnelle contre la France.

Il gagna le match car il était sur le terrain avec ses joueurs et força le respect. Il venait de signer la victoire de sa vie avec ce talent, ce sixième sens qui lui faisait réussir l’alchimie de l’équipe qui gagne.

Bruno a su manier la carotte et le bâton avec les joueurs, il a su créer une complicité avec ses joueurs, il a su trouver les mots qui galvanisent et transcendent les limites.

Bruno, tu nous as fait vibrer, tu nous as fait croire en nous, en notre génie créateur et surtout tu nous as montré que tout est à la portée de celui qui accepte de déplier le bras,  de faire des efforts, de suer.

Bruno, tu nous as aimé, tu as eu à épouser deux fois des sénégalaises, tu as tenu à être inhumé sur la terre du Sénégal, il n’y a pas plus grande preuve d’amour.

La leçon que tu nous as donnée, nous pouvons l’appliquer à tous ces boulets qui nous tracassent, nous paralysent et nous font tourner en rond. Nous sommes un peuple talentueux, nous avons un don du ciel quoique avec nos travers mais tu as été un bon moteur  pour nous révéler à nous-mêmes !

Ton nom ne peut s’éteindre Bruno ! Et depuis le paradis où tu te trouves désormais, que peux-tu inventer pour nous faire gagner ce match contre la Côte d’Ivoire ? Allez un petit service, nous avons besoin de retourner à la coupe du monde ! Allez !

bruno 4Ce qui te distingue des entraineurs que nous avons eu depuis quelques années ? C’est net ! On te voyait, tu faisais partie du spectacle, tu étais sur le terrain comme une chape de plomb sur l’ennemi. El hadj Diouf, Henri Camara, Fadiga, Alassane Ndour, Moussa Cissé, Salif Diao, Omar Daf, Bouba… de ce seul regard bleu et c’était clair ! Toi élégant dans ton costume gris et ta crinière blonde au vent, qui ne faisait pas chavirer que les stades j’avoue, les chaumières en avaient aussi pour leur grade, les femmes se sont mises au foot illico presto ! Car tu étais essentiel dans le décor ! Depuis ton départ, nous ne voyons même plus les coachs au raz du gazon !

Tu es parti mais notre football était déjà mort ! Des pinces lourdes de Caterpillar l’ont broyé et tous nos espoirs avec. Le cancer t’a emporté mais le cancer qui tue notre football est aussi généralisé mais il dure en longueur, il ne tue  pas seulement à petit feu, il est devenu chronique.

Bruno, tu nous as fait don de toi de ton vivant. Comme si cela ne suffisait pas, tu nous as même donné ton corps privant ta famille de France ! Que pouvons-nous te demander de plus cher Bruno !

Si nous ne sommes pas ingrats nous nous occuperons à vie des jeunes enfants que tu nous as laissés. Tu t’es perpétué ainsi et espérons-le nous serons à la hauteur de ta confiance.

Remercions Etienne Mendy, Pape Diouf, le Président de la fédération de l’époque, Malick Sy Souris pour avoir eu l’œil et surtout t’avoir choisi.

Repose en paix et sache que tu n’es pas seul. Tout le peuple sénégalais te couve d’amour et veille sur toi.

oumou waneBruno, les légendes ne meurent jamais ! On veut le croire, tu ne mourras jamais !

Par Oumou Wane

Présidente Africa7

*******************************

Et Pour Toi

« Les Morts ne sont pas morts »

Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l’Eau qui coule,
Ils sont dans l’Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts.

Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des Ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la Terre
Qui ne sont pas morts.


Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le Sein de la Femme,
Ils sont dans l’Enfant qui vagit
Et dans le Tison qui s’enflamme.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans le Feu qui s’éteint,
Ils sont dans les Herbes qui pleurent,
Ils sont dans le Rocher qui geint,
Ils sont dans la Forêt, ils sont dans la Demeure,
Les Morts ne sont pas morts.


Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des Ancêtres.


Il redit chaque jour le Pacte,
Le grand Pacte qui lie,
Qui lie à la Loi notre Sort,
Aux Actes des Souffles plus forts
Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,
Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.
La lourde Loi qui nous lie aux Actes
Des Souffles qui se meurent
Dans le lit et sur les rives du Fleuve,
Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.
Des Souffles qui demeurent
Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit
Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des Morts qui ne sont pas partis,
Des Morts qui ne sont plus sous la Terre.


Ecoute plus souvent
Les Choses que les Etres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Ecoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots,
C’est le Souffle des Ancêtres.

BIRAGO DIOP, LE SOUFFLE DES ANCETRES (DU RECUEIL LEURRES ET LUEURS, 1960, ÉD.PRÉSENCE AFRICAINE)

Les commentaires sont fermés.