Modern technology gives us many things.

Bignona/Tabaski : les prix des moutons au dessus du niveau de vie des populations

A quelques jours de la Tabaski, le mouton se fait désirer à Bignona et les prix sont insupportables.
La fête de Tabaski c’est dans quelques jours mais certains habitants de Bignona ne sont pas sûrs d’assurer le minimum. En effet les clients ne se bousculent pas au niveau des ateliers de couture comme on a l’habitude de le voir quand cette fête des musulmans approchait. Ici
tailleurles tailleurs ne se frottent pas du tout les mains, au contraire, ils guettent le moindre client qui n’arrive. Les sièges vides des ateliers montrent que ce n’est pas le rush. En plus les rares clients qui ont déposé leurs habits ne reviennent pas les prendre. Interrogés, certains nous ont indiqué qu’ils préfèrent s’assurer que la fille puisse manger d’abord le jour de la fête avant de d’espérer se vêtir de beaux habits.
Du côté du marché, c’est aussi le calme plat, rien n’a changé. Les mêmes marchandises, à quelques exceptions près, sont visibles dans les cantines. Certains commerçants nous confient qu’ils ont peur d’aller se procurer de la marchandise sans s’assurer de pouvoir les écouler avec la rareté des potentiels acquéreurs.
tabaski bignonaMais quand on parle de Tabaski, on pense par ricochet au mouton. Chaque père de famille voudrait se payer un mouton, petit qu’il soit, pour sacrifier à la volonté religieuse mais aussi faire plaisir à madame et aux enfants. Beaucoup de responsables de famille risquent de ne pas honorer cette tâche qui leur incombe. Le nombre de moutons arrivés à Bignona est nettement inférieur à celui de l’an dernier à la même période. En plus de cela, le prix du mouton n’est pas accessible à tous. Le plus petit mouton est vendu à 75 000f chez certains et 70 000f chez les moins disant. Vu le niveau économique de la zone, l’on est tenté de dire sans risque de se tromper que certaines familles feront la Tabaski sans faire le sacrifice d’Abraham et cela est un poids qui pèse sur la tête des pères de famille et sur la psychologie
des enfants.
goorgoluLes temps sont vraiment difficiles même les fonctionnaires portent les mains sur la tête et les “goorgorlou” n’ont que leur yeux pour constater le désastre et tenter de trouver les mots qu’il faut utiliser pour faire comprendre aux enfants le comment et le pourquoi et consoler leur maman. DEUK BI DAFA M…………
Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.

Les commentaires sont fermés.