Modern technology gives us many things.

Bignona : les élèves bloquent tout, ils réclament le retour des blessés (reportage de xibaaru)

Après les émeutes du 16 Janvier dernier, les élèves du lycée de Oulampane durcissent le ton et n’entendent rien laisser pour arriver à leur fin. Hier Lundi, avant leur bignona grève 1assemblée générale, ils ont délogé tous les élèves des établissements préscolaires, élémentaires et moyens sur l’axe Bignona-Olampane jusqu’au village de Diango.  Ils placent la barre très haute et les autorités tentent de les ramener à la raison. Le commandant de la brigade de gendarmerie de Bignona, le président de l’association départementale des parents d’élèves, le sous-préfet de l’arrondissement de Sindian, tous ont tenté, chacun avec sa méthode de médiation, de convaincre les apprenants à regagner les classes. Ils ont essayé de leur faire comprendre que le manque de professeur de philosophie n’est pas une situation spécifique au lycée de Oulampane, car il y a 3 autres lycées du département de Bignona qui sont concernés par ce problème.

bignona grèveLes parent d’élèves ont  même joué sur l’affection parentale pour montrer le chemin à suivre et ont demandé aux élèves, au nom du respect qu’ils ont pour leurs parents, de reprendre les cours. Mais les élèves ne l’entendent pas de cette oreille, ils ont été clairs. Sans la satisfaction totale de leurs revendications, point de cours. Les potaches continuent de réclamer leur professeur de philo, des salles de classe, des tables bancs entre autres. Mais les élèves ne veulent surtout pas reprendre les cours sans leurs camarades blessés jeudi dernier par des tirs de l’armée.

bignona grève 2Ils ont décidé de boycotter encore les cours pour 72 heures en attendant d’apprécier l’évolution de la situation. Pendant ce temps les autorités administratives et académiques continuent leur ballet au lycée de Oulampane. Après le Sous-préfet de Sindian, c’est au tour de l’inspecteur d’académie de Ziguinchor et l’Inspecteur de l’éducation et de la formation de Bignona 1 de se rendre à nouveau à Oulampane pour apporter les dernières nouvelles.
Arriveront-ils à convaincre les élèves ? L’avenir nous édifiera mais il faut reconnaître que les autorités peuvent tout promettre sans pouvoir garantir le retour immédiat des élèves blessés et c’est une des conditions des élèves pour reprendre les cours.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.