benno 3Aujourd’hui, le constat général : rien ne va plus dans la coalition Benno Bokk Yakaar.

Dans le contexte politique actuel, tout le monde veut sa part du gâteau dans les collectivités locales. Certains ministres alliés de l’APR, de vrais alligators, sont prêts à perdre leur poste dans le gouvernement pour garder leur mairie ce qui a coup sûr fera de  » Benno Bokk Yakaar, un sabar bou tass ».
Macky qui cherche encore à sauver ce qui reste de son parti, se fâche contre le PS, crache et cravache ABC.

 » wayé méroum djinakh safoul sirou « 


Ce dernier n’a pas encore bronché mais la riposte ne tardera sûrement pas.
Les observateurs avertis qui voyaient en Macky un homme intelligent et fin politicien sont perplexes sur son comportement vis à vis d’ABC. Une fois de plus, le chef de l’état vient de diviser son parti déjà fragilisé par l’opposition en dégradant le plus sûr de ses compagnons.

Personne ne comprend.

Ça lui coûte quoi d’appeler ABC dans un coin et de régler leurs problèmes personnels ou de parti entre eux comme en bons gentlemen.
Macky sur sa séparation avec Alioune Badara Cissé aurait déclaré : « Vous ignorez une partie de ce qui s’est passé entre lui et moi. On ne m’entendra jamais sur les détails. Mais il faut que l’on soit clair : je n’accepterai pas que quelqu’un tente de diviser le parti. Ce qui s’est passé entre ABC et (moi), »Am’na Lu Ngéén Ci Xàm, Waayé Amneu Lou Ngén Ci Xamoul » (vous en ignorez une partie)».

Là alors, il semble que Macky commence à perdre son calme et sa sérénité légendaires. Cette déclaration est-elle digne d’un chef de parti de surcroît d’un président de la république quand on sait que le linge sale se lave en famille ?
De toute façon l’heure n’est pas à la division car en ce moment chaque voix compte.

Alliés

« Je ne peux pas t’aimer plus que moi ». Voilà ce que veulent faire comprendre les alliés à Macky. Depuis quelques semaines, les relations entre Macky Sall et ses alliés ne sont plus au beau fixe.
Benno Bokk Yakkar risque d’éclater d’ici les locales 2014 car chaque parti tire la couverture de son côté pour rafler le maximum de mairies.
Après sa brillante victoire du 25 mars 2012, tout semble se compliquer aujourd’hui entre le chef de l’état et ses alliés râteliers à cause de leurs appétits électoralistes.
Macky Sall  est très remonté car il a remarqué que ses alliés vautours jouissent du pouvoir mais ne jouent pas un franc jeu. Macky devrait-descendre sur terre en sachant qu’il ne peut et ne doit compter que sur l’APR pour gagner des collectivités locales.

Qui est fou ?

Ses  alliés pyrhanas ne lui céderont pas un seul centimètre sur le champ politique.
Ils lorgnent tous son fauteuil et disent tout bas que le chef de l’état est un accident de l’histoire.
Ses alliés vipères  trouvent qu’ils ont été les plus mal servis dans la Coalition Benno Bokk Yakaar et ne veulent plus se laisser avaoir dans les élections locales en laissant à Macky des mairies qu’ils peuvent gagner.

Mais Macky semble avoir d’autres cartes en mains

Depuis un bon moment, la recrudescence des audiences se multiplie et s’explique par le fait que le président est en train de peaufiner sa stratégie pour les les échéances de 2014 et de 2017.
Ainsi, de grosses pointures ont défilé sur le Boulevard de la République ces derniers temps. Macky compte ratisser large afin d’engranger le plus grand nombre de soutiens politiques.
On a vu arpenter les marches du palais l’ancien Premier ministre Habib Thiam, Me Ousmane Seye, Me Mbaye Jacques Diop sans compter les audiences nocturnes.
La rencontre dans la cité religieuse de Touba ce week-end entre Cheikh Béthio Thioune et Moustapha Cissé LO, grosse ponte de l’Alliance pour la République sur autorisation de Macky Sall rentre dans le plan du palais de caresser dans le sens du poil le guide des Thiantakounes.
Les élites politiques sénégalaises se révèlent, jour après jour en deçà des attentes des populations.
Ils se montrent tous incapables d’accompagner le peuple à réaliser ses ambitions les plus légitimes.
L’ivresse du pouvoir aidant, ils se sont tous laissés piéger par la jouissance des atours du pouvoir et les privilèges qui en découlent.

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

PARTAGER