Modern technology gives us many things.

Barack Obama parle au président iranien, une première depuis 1979

WASHINGTON (Reuters) – Barack Obama a annoncé vendredi qu’il avait parlé au téléphone avec Hassan Rohani, une première entre dirigeants iranien et américain depuis la révolution islamique de 1979 à Téhéran.

obama 5Le président américain a déclaré voir aujourd’hui une « occasion unique » de progresser sur le dossier du nucléaire iranien, même s’il a reconnu que ce serait difficile.

Il a ajouté que lui et son homologue iranien avaient demandé à leurs équipes de négociateurs de travailler « avec diligence » pour parvenir à un accord qui pourrait permettre à terme la levée des sanctions internationales contre la République islamique.

Barack Obama avait espéré rencontrer Hassan Rohani cette semaine en marge de l’Assemblée générale de l’Onu à New York mais les Iraniens avaient finalement jugé qu’une telle rencontre aurait été trop compliquée à organiser.

« J’ai redit au président Rohani ce que j’ai dit à New York. Il y aura certainement des obstacles importants et le succès n’est nullement garanti mais je crois que nous pouvons parvenir à une solution d’ensemble », a déclaré le président américain à la Maison blanche.

Il a indiqué qu’un accord sur le nucléaire pourrait permettre la levée des sanctions internationales qui frappent la République islamique.

« Le guide suprême de l’Iran (Ali Khamenei) a prononcé une fatwa contre le développement des armes nucléaires. Le président Rohani a indiqué que l’Iran ne fabriquerait jamais d’armes nucléaires », a-t-il rappelé.

« J’ai clairement dit que nous respectons le droit du peuple iranien à l’énergie nucléaire pacifique si l’Iran remplit ses obligations », a poursuivi Barack Obama, évoquant des mesures « transparentes » et « vérifiables » qui pourraient entraîner un assouplissement des sanctions internationales actuellement en place.

Sur son compte Twitter, le président iranien a précisé quant à lui qu’il avait souhaité à la fin de la conversation téléphonique une « bonne journée » à Barack Obama et que celui-ci lui avait répondu: « Merci, khodahafez » (« au revoir » en farsi).

Les deux présidents « ont exprimé leur volonté politique partagée de régler rapidement le dossier nucléaire », a ajouté Rohani sur Twitter.

Les commentaires sont fermés.