Modern technology gives us many things.

Baldé, le parcours et la vision d’un leader politique pour une population en détresse

baldé portraitAu lendemain de la 1ère alternance politique intervenue au Sénégal en
2000. Le jeune cadre sénégalais été révélé au grand public. Par sa
compétence et son parcours élogieux en tant que gradé de la police,
docteur en droit et inspecteur général d’état, l’ancien président Wade
n’avait pas résisté au charme et à la beauté du cursus d’Abdoulaye
Baldé. Il occupera le poste de secrétaire général de la présidence de
la république avant de faire son entrée dans la politique aux côtés du
président Wade. Mais il faut signaler que Mr Baldé a surtout renoncé
volontairement à sa carrière dans l’administration par amour pour sa
région la Casamance qui avait besoin d’un leader en son temps qui
serait le répondant solide de Wade. Personne n’a pu convaincre le pape
du SOPI qui a fini par jeter son dévolu sur ce jeune cadre dont le
talent était caché par son statut de l’époque. Il va par la suite
occuper plusieurs poste ministériels parmi les difficiles à gérer et
il s’e est sorti avec gloire. Il deviendra maire de Ziguinchor en
2009.
wade baldé 1Au lendemain de la perte du pouvoir de son anciens boss Me Wade ;
l’homme a compris que sa mission auprès du leader du PDS était
terminée et a annoncé puis mis sur pied sa propre formation politique
l’Union Centriste du Sénégal (UCS).  Quatre mois plus tard ; son parti
est créé et prendra part aux  locales de 2012 dans la coalition BOKK
Gis Gis (BGG). Après les législatives, Baldé quitte la coalition BGG
pour se consacrer à sa jeune formation politique.
Son combat pour le développement
Sa détermination pour le développement du Sénégal en général en pour
sa Casamance natale n’est plus à démonter. Déjà en fin Juillet 2012, à
l’occasion de l’assemblée générale de son tout nouveau parti en
gestation (pas encore reconnu officiellement), Baldé s’était engagé «
à faire une politique de développement ». Depuis lors, ses actions sur
le terrain ont confirmé cette volonté de combattre le sous-développement. En bon homme de loi, il ne promet pas, il agit et c’est
cette démarche de rupture qui lui a valu sa place dans le cœur des
sénégalais d’ici et d’ailleurs qui sont avec lui. Les témoignages que
nous avons recueillis des populations confirment ce point de vue des
observateurs de la scène politique qui ont dit que Mr Baldé est plus
un acteur de développement qu’un homme politique.
Son engagement pour le retour de la paix en Casamance
Il a toujours dit sa volonté d’œuvrer pour le retour de la paix dans
la partie sud du Sénégal où il est né il y a 49 ans. Sa proximité avec
la population du Sud lui a toujours permis d’intervenir quand il le
pouvait dans la résolution de cette crise. Mais il a toujours prôné un
règlement pacifique de ce douloureux conflit qui constitue un frein
pour le développement de la Casamance. Il a toujours fait comprendre
aux casamançais qu’ils ont un rôle central à jouer dans le règlement
de ce différend sénégalo sénégalais.
Son parti
baldé ucs 3Il crée son parti, l’UCS en 2012 et devient député la même année et il
n’est pas le seul. Rares sont les formations politiques qui l’ont
réussi au Sénégal si ce n’est pas la seule qui a réussi à faire une
telle performance en si peu de temps. Cela témoigne certainement de la
vitalité qui anime sa formation politique. Abdoulaye Baldé n’a pas
caché ses ambitions politiques ; son souhait est de devenir Président
de la République du Sénégal et ce dès 2017. Il veut tout simplement
arracher le pouvoir des mains des apristes. Mais d’abord il devra
passer par les locales de 2014. Le Président de l’UCS se dit optimiste
pour l’avenir de sa formation politique qui « malgré son jeune âge, a
fini de s’implanter dans tous les départements du Sénégal ». « Nous
n’irons pas aux élections pour faire de la figuration » nous a lancé
un responsable de son parti à Ziguinchor. Mr Baldé estime que son
parti se porte bien et est en train de faire un maillage national.
Le Maire de Ziguinchor est en train de mettre son expérience à profit
pour réunir le maximum de sénégalais autour de sa formation politique
pour dit-il « sortir les sénégalais des difficultés dans lesquelles
ils se trouvent ». Mais Abdoulaye Baldé doit faire face aussi à la
traque des biens supposés mal acquis. Il est visé parmi tant d’autres
dans cette opération déclenchée par le régime en place depuis la chute
de Wade. Le président de l’UCS est frappé aujourd’hui par des
restrictions notamment dans le cadre d’aller et de revenir. Il n’a
plus le droit de sortir du territoire national. Comment pourra-t-il
espérer gagner des élections sans sortir du pays quand on sait que les
sénégalais de l’extérieur constituent un électorat non négligeable ?
Mais Baldé semble ne pas être ébranlé par cette mesure qui le fixe à
l’intérieur du pays. La force de Baldé et son parti réside dans le
fait qu’il a su transformer  sa base affective en base électorale. Il
l’a dit lui-même en ces termes : « en 2017 nous seront tous des
sénégalais sur la ligne de départ mais chacun a des origines dans ce
Sénégal et moi je compte m’appuyer sur les miens pour aller à l’assaut
du reste du Sénégal »  cette phrase a toujours été perçue comme un
challenge pour sa base politique.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.