Modern technology gives us many things.

Baisse du niveau et de la qualité de l’enseignement au Sénégal: l’Etat accuse

serigne mbaye thiamL’instabilité chronique du système éducatif en raison de grèves cycliques des enseignants, a affecté négativement le niveau d’accès et la qualité de l’enseignement. C’est la ferme conviction de Serigne Mbaye Thiam (photo), ministre de l’Education nationale. Il se prononçait à l’occasion de la réunion du conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation qui a pris fin ce 22 mai dernier à Bruxelles, organisée par la commission européenne.

 

«L’instabilité chronique du système en raison de grèves cycliques des enseignants a affecté négativement le niveau d’accès et la qualité de l’enseignement ». En parlant ainsi, le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, pointe un doigt accusateur sur les enseignants, sur la baisse du niveau d’accès et la qualité de l’enseignement.  Il s’exprimait à l’occasion de la conférence de haut niveau sur l’éducation et le développement, organisée par la commission européenne, qui a pris fin mercredi dernier (22mai) à Bruxelles. Elle a pour thème : « le rôle de l’éducation dans le cadre post 2015 : atteindre une éducation équitable de qualité pour tous ».

« Les réticences de certaines communautés et l’insuffisante mobilisation des enseignants due aux grèves ont affecté négativement le niveau d’accès et la qualité », a affirmé le ministre de l’Education nationale, tout en ajoutant que «  si le rythme de croissance annuelle moyen des ressources attendues des  partenaires techniques et financiers (PTF) était de 12%, celui réalisé pour la décennie est de 9% ». En plus de la baisse du niveau d’accès et de qualité de l’enseignement, Serigne Mbaye Thiam toujours dans son allocution, a aussi relevé, entre autres, « le niveau de formation et de qualification des enseignants encore insuffisant, l’exclusion des enfants notamment dans les milieux défavorisés (…) du système éducatif, le faible niveau des apprentissages des élèves en termes de connaissances de base, notamment en lecture et en mathématique ». Sans oublier, ajoute-t-il, « des facteurs d’inefficience encore nombreux, notamment des niveaux de redoublement et d’abandon élevés, des pertes de ressources importantes dans le circuit de la dépense ».

D’où la nécessité, indique le ministre de l’Education nationale, de « tirer les principaux enseignements de la décennie précédente, la place de l’éducation dans le futur agenda global, et enfin la politique du Sénégal à l’horizon 2025 ». C’est pourquoi, dira le ministre, la conférence est un « processus inclusif important  d’autant que l’horizon 2015 arrive à grand pas, confirmant chaque jour les difficultés de beaucoup de pays à pouvoir atteindre les objectifs de l’EPT et des OMD en général ».

A la considération des leçons apprises de l’expérience durant la décennie écoulée, les défis et les priorités majeurs, il a été nécessaire pour le Sénégal de procéder à « un diagnostic sans complaisance, mené en rapport avec toute la communauté éducative et entreprendre une réforme de seconde génération à travers une nouvelle politique sectorielle 2013-2025 (PAQUET) », souligne M.Thiam.

Ce programme pour l’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence ambitionne à l’horizon 2025, selon le ministre, pour le Sénégal de « bâtir un un système d’éducation et de formation, équitable, efficace, efficient, conforme aux exigences du développement économique et social, (…) et fondé sur une gouvernance inclusive, une responsabilisation plus accrue des collectivités locales et des acteurs à la base».

Les commentaires sont fermés.