Modern technology gives us many things.

L’autoroute à péage qui tue…

Il y a un problème avec l’autoroute à péage gérée par Gérard Senac et sa société Eiffage. Elle est dangereuse parce que mal éclairée et pas sécurisée, les animaux en divagation s’y promènent tranquillement mettant en danger la vie des usagers. Et la dernière catastrophe en date a coûté la vie à un jeune artiste talentueux du groupe Gelongal. Il suffit de faire une recherche sur l’autoroute à péage pour voir qu’il y a un florilège de contributions de citoyens se plaignants du concessionnaire Eiffage. Une pétition avait même été lancée en janvier dernier pour obliger Senac SA à mettre des lumières sur l’autoroute. Depuis, rien.

On se rappelle de la déclaration, en fin mars, du directeur des opérations de Senac Sa, Didier Payerne, qui révélait que le prix du péage est fixé par l’État du Sénégal dans le contrat qui le lie au concessionnaire et que pour aller vers cette baisse, c’est à l’État de revoir le contrat. M. Payerne avait également indiqué que dans le contrat initial, le concessionnaire n’a pas obligation d’assurer l’éclairage. Celui-ci, disait-il, est du ressort de l’État.

Il est indéniable que le régime libéral a mal établi le contrat sur la gestion de l’autoroute à péage. Toutefois, l’Etat étant une continuité, il serait temps qu’il revoie les clauses dudit contrat à défaut de remédier à toutes les défaillances notées sur sa gestion. Papis Mballo de Gelongal est peut-être la dernière victime de cette autoroute mais d’autres ont également péri ou blessés dans les mêmes circonstances s’ils n’ont pas été agressés alors qu’ils étaient en panne. Aujourd’hui, la colère gronde, il urge donc que Senac comme l’Etat du Sénégal prennent leurs responsabilités pour empêcher qu’il n’y ait d’autres victimes.

Les commentaires sont fermés.