assemblée nationale

Le Chef du gouvernement était, hier, en compagnie de son gouvernement à l’Assemblée Nationale. Lors de cette plénière, plusieurs questions ont été passés au peigne fin. Les élus ont abordé la question du gaz et du pétrole, la gestion du Fesman, le code de la presse entre autres .

Lors de cette avant-dernière face à face avec les députés (la dernière se tiendra au mois de juillet), les députés qui avaient l’habitude de boycotter les passages de Mahammad Boun Abdallah Dionne étaient de la partie. Mais, contrairement à ce qui à ce dont on s’attendait, c’est à dire des questions qui ont le don d’agacer le pouvoir, ou bien même des perturbations, comme ce qu’à fait Barthelemy Dias lors de la dernière session, ces derniers se sont comportés de façon sage. Ils ont été, en quelque sorte, des spectateurs à l’Hémicycle.

Cette attitude de Thierno Bocoum du parti Rewmi, de Barthelemy Dias du PS , d’ Héléne Tine de Bess dou Niak, entre autres, a surpris plus d’un. Peut-être que ces derniers ont fini par comprendre qu’il est temps qu’ils s’assagissent en se comportant de façon exemplaire.

En tout cas, los du dernier passage du gouvernement dirigé par Boun Abdallah Dionne, Barthelemy Dias a, complétement, perturbé la séance parce qu’il voulait prendre la parole alors qu’il n’était pas prévu sur la liste des orateurs. Il a fini par mettre le Président de l’Assemblée Nationale dans tous ses états avant de sortir de la salle alors que le Premier ministre n’avait pas fini de prononcer son discours.

Cette fois-ci, il est resté, sagement, dans la salle jusqu’à la fin des questions réponses avant de sortir. Mais cette attitude ne l’a pas empêché de dire ce qu’il a pensé des réponses du Premier ministre. Barthelemy Dias trouve que sur la question du pétrole, le premier ministre a tout dit sauf l’essentiel, puisque qu’il n’a pas éclairé la lanterne des Sénégalais sur le nom du frère du Président de la République qui revient toujours dans le dossier du pétrole et pourquoi il doit faire partie de ceux qui doivent bénéficier des retombées de cette ressource naturelle du Sénégal.

PARTAGER

Laisser un commentaire