Modern technology gives us many things.

Artistes, chanteurs et politiciens fuient la banlieue quand ils réussissent

De nos jours, il n’y en presque plus d’artistes chanteurs, danseurs, comédiens, qui résident encore dans les banlieues où ils sont la plupart originaires. Rares sont artistes chanteursceux qui y retournent, préférant même recevoir leurs proches dans leurs somptueuses villas louées ou achetées dans les quartiers chics de Dakar.
Ils se gaussent tous d’avoir de belles femmes, maisons, voitures etc. Et d’être toujours entre deux avions.
Beaucoup parmi eux ont perdu leurs amis d’enfance tout simplement parce qu’ils ont du fric maintenant. Dès qu’ils changent de statut, ils changent tout autour d’eux : amis, esprit, fréquentation, numéro de téléphone, habillement, langage, langue, regard, démarche, etc.
Pourquoi quittent-ils leurs quartiers où ils sont nés et qui ont fait d’eux ceux qu’ils sont devenus aujourd’hui ? On a l’impression qu’ils ne sont pas fiers des banlieues d’où  ils viennent malgré tout ce brouhaha.
Soit c’est des complexés, soit ils ne sont pas reconnaissants ou ils n’ont rien compris de la vie.
Dans la vie il faut assumer ses origines et son appartenance et ne pas avoir honte de fréquenter les siens. Il n’y en rien à prouver dans ce Sénégal car tout le monde se connaît et chacun sait qui est qui.
Et pourtant tous ces artistes qui se comportent de la sorte, n’hésitent pas
dès qu’ils ont une soirée ou manifestation à faire le tour des bandes Fm  ou des télévisons  pour faire appel à leur public composé à 90 % de banlieusards.
Pour chercher de la popularité et s’en mettre plein les poches ils se vantent d’être des banlieusards et une fois que leur objectif est atteint, ils tournent la page le temps de bouffer leurs sous.
C’est ce qu’on appelle de l’hypocrisie voire un manque de reconnaissance notoire.
Jamais on a entendu un artiste construire une école, un dara, un hôpital, un dispensaire, un centre de santé une pouponnière, un jardin d’enfant, un terrain de sport, un centre de réinsertion ou un marché. Jamais on a vu un artiste acheter une moto pompe pour son quartier sous les eaux si ce n’est prendre les micros pour faire appel à l’Etat ou aux bonnes volontés. Pire, jamais on a vu un artiste mettre la main à la poche pour creuser un tout petit puits pour ses parents restés au village.
Ils snobent souvent même leurs propres familles, préférant s’enfermer dans leurs chambres ou salons très bien climatisés à faire la sieste avec leurs dulcinées ou à boire du thé avec leurs nouveaux amis.
Certaines parmi ces   » stars  » se baladent en grosses cylindrées avec des vitres teinté, ajouter à cela le port de noires fumées. Ils passent tout leur temps à fuir du regard leurs fans croisés dans les rues de la capitale. D’autres  » vedettes  »  se font conduire par des chauffeurs et s’accompagnent de chambellans qui leur tiennent leurs téléphones portables, cigarettes, mouchoirs, lunettes etc… Ces valets leur servent aussi de coursiers, de cireurs de chaussures, de préparateurs d’ataya (thé sénégalais), de laveurs de voitures.
A qui la faute ?
En tout cas les aînés n’avaient pas montré la bonne voie en donnant le bon exemple et du coup la nouvelle génération n’a pas pu suivre.
Des centaines d’autres artistes sont encore dans les ghettos et se battent jour et nuit pour réussir. Et c’est parce qu’ils n’ont pas encore percé et donc n’ont pas encore les moyens de se prendre en charge qu’ils y demeurent encore. Le premier artiste qui donnera l’exemple méritera qu’on lui tire le chapeau.
Le calendrier international des musiciens sénégalais connaît de grosses difficultés en ce moment avec des dates reportées à jamais ou tout simplement annulées. La dernière en date, les soirées de Assane Ndiaye au Pays de l’oncle Sam. En tournée aux Etats Unis, Assane Ndiaye le lead vocal du groupe Nguewal Gui est très remonté contre ses organisateurs. En effet sa soirée prévue ce vendredi 28 juin à New York a été annulée parce que les organisateurs n’ont pas pu payer la salle où devait se tenir le spectacle. Pour sa soirée qui devait avoir lieu à Washington le samedi 29 juin, elle fut aussi annulée faute de payement du matériel de sonorisation. Lui et ses musiciens sont actuellement dans une dèche totale. Il lui reste une date à Atlanta ce week-end pour sauver la face. S’il n’arrive pas à se produire, il atterrira à Dakar les poches vides et sa tournée aura connu un fiasco total.
Ce même week-end les plus grands Dj sénégalais organisent une soirée discothèque pour le concurrencer.
Pape Diouf le nouveau  » roi du mbalax  » a lui aussi constaté que sa soirée  programmée dans la mythique salle de « Nokia théâtre  » ce samedi 6 juillet est annulée. Les organisateurs lui ont notifié qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour payer la location de la salle et n’avaient pas n’ont plus tous les documents administratifs nécessaires pour la réussite de cet événement.
Ce talentueux chanteur Pape Diouf, patron de la Génération Consciente devrait mettre un peu d’eau dans son bissap. Depuis son fou succès au Zénith de Paris, il confond serviette et torchon. Il pense avoir atteint le sommet de sa gloire et s’est permis de déclarer : « seul Johnny Halliday à fait mieux que moi au Zénith ». Le chemin est long et périlleux et il y’a de la place pour tout le monde. Il ne faudrait point confondre vitesse et précipitation. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

DJIBRIL DIALLO
xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.