Modern technology gives us many things.

Arrêt cardiaque: repérer les signes avant-coureurs

Il y a 10 ans, Marc-Vivien Foé s’écroulait sur la pelouse de Gerland lors de la demie-finale de Coupe des confédérations de la FIFA Cameroun-Colombie. Ce décès devant les caméras de télévision a choqué et a ému la population, bien au-delà du cercle du football et aujourd’hui, le souvenir de Marc-Vivien Foé reste vivace dans les esprits.

Marc-Vivien Foé est décédé à l’âge de 28 ans d’une crise cardiaque, causée par une malformation du cœur.

Et pourtant il aurait pu être sauvé si l’on avait décelé les symptômes…

 

marc vivienUn arrêt cardiaque – ou arrêt cardiorespiratoire – est une perte de conscience brutale avec disparition du pouls, causée par l’incapacité soudaine du cœur à propulser le sang vers le cerveau et vers le reste du corps. Sans traitement, l’arrêt cardiaque entraîne la mort en quelques minutes. Il est le résultat d’arythmies graves liées à un fonctionnement anormal du système électrique du cœur.

Les signes d’alerte

La pointe douloureuse au niveau du coeur est plus souvent à mettre sur le compte de l’anxiété que sur une crise cardiaque qui se prépare. En revanche, d’autres signes sont à prendre au sérieux.

Les plus courants:
Une douleur thoracique située au niveau de la poitrine, derrière le sternum. Très angoissante, elle donne l’impression de serrer, écraser ou brûler la poitrine comme dans un étau. La douleur peut irradier vers les mâchoires, les bras (surtout gauche mais pas toujours) ou le creux de l’estomac. Cette sensation, très intense, survient au repos ou à l’effort, le jour ou la nuit. Des «signes dits non spécifiques» sont parfois annonciateurs d’un infarctus: essoufflement, nausées, sueurs, un hoquet persistant et des éructations incessantes (rots)

                     • Douleur ou inconfort thoracique (pression ou inconfort, serrement, douleur vive, sensation de brûlure ou de lourdeur à la poitrine)

                     • Inconfort à d’autres régions du haut du corps (cou, mâchoire, épaule, bras ou dos)

                     • Essoufflement

                     • Sueurs

                     • Nausée

                     • Étourdissements



Les plus trompeurs:
Une douleur vive au poignet ou aux mâchoires peut être un signe avant-coureur, tout comme un embarras gastrique. Plus embêtant, la survenue d’un infarctus n’est parfois précédée d’aucune douleur.

Des prédispositions:
Ces signes sont toujours à mettre en lien avec un certain nombre de facteurs et sont donc d’autant plus à prendre au sérieux si la personne souffre de diabète (de type 2), d’hypertension artérielle, de «mauvais cholestérol», fume, est en surpoids et sédentaire, a des antécédents dans sa famille ou est âgée.

Les commentaires sont fermés.