Modern technology gives us many things.

Après Mankoo, ça grince des dents à Wattu Senegaal

Au lendemain des investitures, c’est la coalition Benno Bokk Yakaar qui était secouée par une vague de colère et de frustration de la part de responsables ou de leurs partisans qui estiment avoir été zappés. A Mankoo Taxawu Senegaal également, l’étonnement était la chose la mieux partagée après les fuites sur la composition des listes notamment avec Thierno Bocoum qui serait à la 19e place.

Eh bien, il semble que la coalition gagnante Wattu Senegaal dirigée par Wade a attrapé le virus de la contestation. D’abord, c’est le maire de Dagana, Oumar Sarr, qui est accusé de faire dans le sectarisme en concoctant les listes. A noter que ce n’est pas la première fois qu’il est accusé de faire dans le copinage. On se rappelle, en effet, de la colère de Farba Senghor qui accusait le Secrétaire général adjoint du Parti démocratique sénégalais d’avoir retiré des noms de responsables de la liste de personnes qui devaient effectuer la tournée du PDS dans le Sud du pays.

Mais le parti de Wade n’est pas le seul dans la tourmente. Celui du leader de la Convergence démocratique Bokk Gis Gis est aussi secoué par une histoire de dossiers de candidatures « perdus ». Il s’agirait des dossiers de Pathé Mbengue, Bara Sall et Mame Wade, responsables respectivement des jeunes, à Grand-Médine et à Grand-Yoff. « Un dossier bien constitué, signé avec accusé de réception, comment a-t-on fait pour le perdre ? Nos noms ont tout simplement été retirés de la liste. Je ne crois pas à cette histoire de dossiers perdus », fulmine Pathé Mbengue.

Cela sent le coup fourré d’autant plus qu’il dit avoir appelé Sada Ndiaye qui lui a demandé de se renseigner auprès de son parti. « J’ai appelé Sada Ndiaye au téléphone pour savoir la vérité. Sa réponse ne souffre d’aucun ambigüité. Il m’a dit qu’il n’y a pas de dossier perdu. Il m’a même demandé de me rapprocher de ma formation politique pour (connaître) la vérité », a-t-il dit. Autant dire qu’il y a de l’orage dans l’air…

Les commentaires sont fermés.