Modern technology gives us many things.

Après les mensonges de la SDE, Latif met en colère les dakarois

Le constat dépasse le paradoxe : la capitale sénégalaise à mal au cou, au dos, aux pieds à cause des récipients qu’elle portait sur la tête à la recherche du liquide précieux.
latif coulibaly 4Maintenant, elle meurt de soif car sevrée de force par la SDE.
Après avoir été terrassée, engloutie et submergée par les inondations, la ville de Dakar est poignardée, mitraillée, assoiffée par la pénurie d’eau. La SDE croit être plus intelligente que les Sénégalais. Elle ne dit jamais ce qu’elle fait et ne fait jamais ce qu’elle dit. Elle passe son temps à servir des discours prometteurs et mensongers aux sénégalais.
Elle n’a aucune parole et son comportement est en train de pousser à bout les populations. La SDE ne semble pas être la seule à vouloir berner le peuple.
Le dindon de la farce du gouvernement, véritable marionnette et jongleur de son état, le Ministre de la  » mauvaise  » Gouvernance  cherche aussi à amuser la galerie.
S’il y a une image et des propos dont le pouvoir devraient épargner au peuple, ce sont ceux du Ministre Abdou Latif Coulibaly qui est devenu très arrogant et joue avec le feu devant un front social en ébullition.
L’artifice intellectuel de l’ancien journaliste devenu Ministre ne passera pas. Quand on tente de défendre l’indéfendable, on en devient ridicule.
Se cacher derrière un tuyau défectueux pour justifier ses carences et limites relève d’une malhonnêteté flagrante et démagogique. Si Mr Coulibaly n’était pas dans le gouvernement, aurait-il tenu les mêmes propos. Il faut respecter les sénégalais et cesser de les prendre pour des demeurés. Sa déclaration sur la RTS, avouant l’impuissance du pouvoir à régler l’équation du liquide précieux dans les plus brefs délais, n’a fait que remuer le couteau dans la plaie.
Depuis que la conduite en provenance de l’usine de Keur Momar Sarr alimentant 40 % des ménages de la capitale sénégalaise a fait des siennes et cela depuis 15 jours, tous les moyens sont utilisés pour se désaltérer.
Même aller aux toilettes pose problème dans certains foyers.
Les populations se contentent quelques fois d’eau de pluie pour pouvoir assurer les besoins en eau de leurs familles. Ces eaux de pluies stagnantes et porteuses de germes sont quand même utilisées pour nettoyer les latrines.
Un véritable problème de santé publique commence à se propager avec des diarrhées et vomissements qui se signalent du côté de la population de Yeumbeul et Boune.
Les bornes fontaines n’offrent plus une goutte d’eau, les puits sont totalement épuisés et les quelques endroits jusque-là épargnés, ont eu la grande surprise depuis hier soir, de ne plus voir  » ndokh  » couler de leurs robinets.
Personne ne pouvait imaginer qu’un couple puisse sortir de sa maison le matin non sans auparavant faire le  » sangou set « .
Quiconque défend la SDE ou la SONES dans leur manière de gérer, ignore les réalités que vivent les sénégalais : une misère et une souffrance jamais vécues depuis 63 ans d’indépendance. C’est à se demander si les autorités sont conscientes du calvaire que subissent les populations pour se procurer le liquide précieux : une errance sous une chaleur accablante accentuée par une colère sans commune mesure.
L’heure est plus que grave. L’urgence est d’abréger rapidement les souffrances des sénégalais en leur servant le liquide précieux. La problématique de l’eau demeure plus que jamais une affaire de souveraineté nationale.
 » Fagaruu mo gueune fadiou. Askanwi meer na ba foute « .

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.