Modern technology gives us many things.

Après la dèche et les délestages, le peuple achevé par le manque d’eau

enfant eauLa situation du pays est chaotique et catastrophique, disent certains sénégalais ; elle est traumatisante et invivable disent d’autres.
Mais ce qui frustre le plus le peuple, c’est l’ivresse du pouvoir qui gangrène le milieu politique et qui a fini par paralyser le pays.
Les élites politiques sénégalaises se révèlent jour après jour être des assoiffées de pouvoir à tel point qu’elles ont rangé aux oubliettes les souffrances du peuple.
” kou sarakhoul laffagne akk goumba boul keupe yélwaname ”
Le peuple est déprimé et traumatisé à cause des coupures d’électricité, de la cherté des denrées de première nécessité, du manque d’argent et du taux de chômage très élevé.

 Cerise sur le gâteau ! Les populations sont maintenant obligées de retourner aux bornes fontaines et aux puits pour avoir une goutte d’eau à boire et satisfaire leurs besoins quotidiens.
Depuis que la conduite en provenance de l’usine de Keur Momar Sarr alimentant 40 % des ménages de la capitale sénégalaise a fait des siennes jeudi dernier, les populations, tout âge confondu, arpentent les rues de la capitale, en quête du précieux liquide avec ustensiles, seaux, bassines, pots, bidons, bouteilles capables de contenir de l’eau. Personne ne pouvait imaginer qu’un père ou une mère de famille puisse sortir de sa maison le matin non sans auparavant prendre sa douche ou faire ses ablutions. Même aller aux toilettes pose problème dans certains foyers. Certains ménages aisés sont obligés d’acheter de l’eau minérale dans les boutiques pour pouvoir préparer leurs repas au moment où les couches défavorisées de la population se contentent d’eau de pluie pour pouvoir assurer les besoins en eau de leurs familles. Ces eaux de pluies stagnantes et porteuses de germes sont quand même utilisées pour nettoyer les latrines. Où est l’hygiène dans tout cela ?
Certains sportifs se rendent à la plage tous les soirs après leurs séances d’entraînement pour se baigner avant de regagner leur demeure.
Des familles endeuillées repoussent les jours d’enterrement de leurs dépouilles parce que le liquide précieux ne coule plus des robinets des morgues.
Voici quelques tristes réalités que vivent les sénégalais depuis une semaine.
Personne parmi les grosses pointures de la vie politique sénégalaise, pouvoir comme opposition, n’a pu apporter ou proposer une sortie de crise face à la forte demande sociale.
Tous les jours, ils se montrent tous de plus en plus incapables d’accompagner le peuple à réaliser ses ambitions primaires les plus légitimes.
L’ivresse du pouvoir aidant, ils se sont tous laissés piéger par la jouissance de leurs statuts.
Le constat est que le naufrage est collectif même si les responsabilités sont partagées.
Les élites en charge de la destinée du peuple ont tous croisé les bras.
Aucun effort décisif n’est fourni pour atténuer les souffrances du peuple.
Les dérives verbales et écarts de langage résultant de leurs débats, sapent jour après jour l’espoir des sénégalais.
Les baromètres du peuple que sont les taxis, les cars rapides, les grand-places, les marchés etc… disent tous que ” Deuk bi daffa méti “.
Pendant ce temps, ces élites politiques se perdent dans des bavardages stériles sans lendemains. Quand certains construisent, d’autres détruisent et c’est le peuple qui subit. Personne n’arrive à comprendre pourquoi les populations sont solidaires pendant que les politiciens se tirent dessus au lieu de leur apporter assistance et réconfort.
L’heure est plus que grave et face aux difficultés du moment, les politiciens ont le devoir d’être unis afin de servir et secourir le peuple qui crie sa détresse.
” Bou fouki nit di gass fouki nit di soul dara dou soti “

Djibril Diallo/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.