Modern technology gives us many things.

APR…Cheikh Oumar va « tuer » Macky

Décidément, les camarades du Président Macky Sall ne veulent toujours pas comprendre que c’est dans l’unité qu’ils peuvent gagner les élections présidentielles de 2019. Et au lieu de s’unir pour massifier leur parti, des responsables se mettent à se chamailler pour occuper la première place.

Quand le « Nedoukobandoumisme » fait du contre sens

Et c’est dans la zone nord que ces querelles intestines sont ressenties le plus. Ceux qui se disent être plus proches de Macky Sall en brandissant le concept « Nédouko bandoum ». Au lieu de faciliter la tâche à leur « frère de sang », ils se mettre à se chamailler pour des détails. Ils refusent de comprendre que si l’on se réclame de la même ethnie que le Président du parti auquel on appartient, on doit former un bloc autour de ce dernier et éviter de verser dans des détails comme des batailles de positionnement qui contribueraient à leur perte.

Dans le département de Podor Cheikh Oumar Hanne et Abdoulaye Daouda Diallo se sont juré de batailler ferme non pour la victoire de leur parti dans cette région nord , mais, pour obtenir la majorité.

Et le maire de Ndioum, Cheikh Oumar Hann, n’a pas manqué de dire formellement que Abdoulaye Daouda Diallo est loin d’être majoritaire dans cette zone : « Nous sommes en politique et nous sommes dans un système démocratique qui est la majorité et la majorité c’est une alliance entre des gens qui ont la même vision et aujourd’hui, dans le département de Podor, la majorité n’est pas derrière Abdoulaye Daouda Diallo », a-t-il indiqué avant de marteler : « Nous avons tiré les conséquences et nous restons fermes sur notre position. A Abdoulaye Daouda Diallo et au parti d’en tirer les conséquences ».

En tout cas ce n’est pas ce genre de discours qui va faire gagner le Président Macky Sall en 2019. Le Président de la République est dans une impasse avec le dossier Khalifa Sall mais aussi Idrissa Seck et Ousmane Sonko qui ne cessent de fustiger sa façon de gérer le pays.

 

Les commentaires sont fermés.