Modern technology gives us many things.

Apartheid-16 juin 1976, massacre à Soweto : 600 élèves noirs tués

massacre de sowetoLorsque les lycéens de Soweto manifestèrent au mois de juin 1976 réclamant de meilleures conditions pour mener leurs études et refusant la dernière mesure prise pour renforcer le “Bantu Education Act “, la police sud africaine répliqua en utilisant du gaz lacrymogène et en tirant à balles réelles. Des dizaines de lycéens sans défense furent tués ce jour, et des centaines d’autres personnes lors des émeutes qui éclatèrent par la suite à Soweto et dans le reste du pays pendant toute l’année 1976. Ces événements marquèrent un tournant dans la lutte contre le régime raciste sud-africain.

En 1953, le gouvernement sud-africain mis en place le “Bantu Education Act”, qui créait entre autres un département consacré à la formation estudiantine des noirs. Le rôle de ce département était de créer un programme scolaire répondant à “la nature et au besoin des étudiants noirs”. L’auteur du programme, le Dr Henrik Verwoerd (pronazi convaincu pendant la seconde guerre mondiale, et qui devint par la suite premier ministre de la république sud-africaine) déclarait alors : “on doit enseigner aux noirs dès leur plus jeune âge que l’égalité avec les blancs ne leur convient pas”. Les noirs ne devaient pas recevoir un apprentissage leur permettant d’atteindre des positions auxquelles ils n’avaient pas droit dans la société. Au lieu de cela, ils devaient recevoir une formation qui leur permettrait aux d’occuper des emplois subalternes et de répondre aux besoins en main d’œuvre de l’économie sud-africaine.

Au départ, une simple manifestation d’élèves pour protester contre cette décision administrative injuste. À l’arrivée, un massacre qui va choquer la conscience universelle et affaiblir le système d’apartheid.

L’émeute gagne Soweto malgré la répression sauvage et aveugle à laquelle se livre le gouvernement. Elle s’étend à d’autres banlieues noires autour de Johannesburg et, très vite, à quasiment  l’ensemble du pays. Fait significatif, des étudiants et élèves blancs manifestent à leur tour au centre de Johannesburg et expriment leur solidarité aux émeutiers de Soweto où les forces de sécurité continuent à faucher des vies. Le 21 juin on parle, officiellement, de 140 morts, dont deux Blancs. À l’heure du bilan, il sera question de 575 morts. Un chiffre, de toute évidence, en deçà de la réalité. Face à l’ampleur du drame, le régime de John Vorster est contraint de retirer la circulaire sur l’afrikaans.

Les événements de ce 16 juin 1976 se déroulent à un moment où le gouvernement raciste sud-africain a brisé l’opposition noire dont les principaux leaders, à l’instar de Nelson Mandela, sont en prison depuis de nombreuses années ou en exil. Face à ce vide, des syndicats et quelques organisations d’étudiants et d’élèves essayent, à leurs risques et périls, de résister à un système qui les réduit à une condition de sous-hommes, sans droits, condamnés à obéir à l’ordre blanc

Balthazar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.