Modern technology gives us many things.

Anniversaire du 23 juin : les jeunes accusent les leaders et marchent dimanche

Les jeunes du M23 vont envahir la rue le dimanche 23 juin prochain. Ils l’ont fait savoir hier, vendredi 21 juin, lors d’un point de presse tenu au siège de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho).

23 juin 2011C’est par une marche qu’ils comptent célébrer le deuxième anniversaire de la mobilisation spontanée du peuple sénégalais devant les grilles de l’Assemblée nationale pour dire non au projet de ticket pour l’élection simultanée, au suffrage universel, d’un président et d’un vice-président de la République du 23 juin 2011, déposé par l’ancien président Abdoulaye Wade. La marche partira le dimanche matin de la place de l’indépendance en passant par l’avenue Georges Pompidou, rondpoint Sandaga pour rallier la place Soweto, par l’avenue Peytavin.

Une demande d’autorisation est déjà sur la table des autorités compétentes, si l’on a croit à Abdourahman Sow, coordonnateur des jeunes de ce Mouvement du 23 juin (M23).Qui précise également que ses camarades et lui comptent à travers cette manifestation exprimer leur désaccord avec les leaders du M23 à qui, ils reprochent de «trahir leur conviction et le mouvement».  « Nos leaders ont changé de discours, on ne les reconnait plus, ils ont trahi et bafoué les idéaux du M23 que ceux de leurs différentes organisations politiques ou citoyennes», a-t-il déclaré en marge de ce face à face avec la presse. Selon lui,«la vocation du M23 après la victoire contre le ticket présidentiel, fut de s’approprier la défense des intérêts majeurs du peuple, de combattre les dérives et abus de Wade et ses affidés dans l’exercice du pouvoir».

En acceptant les postes proposés par le président de la République, les leaders du M23 ont, selon lui, violé ce principe. «Ils se sont dessaisis d’eux mêmes du combat citoyen aux côtés du peuple pour s’accrocher à une portion de pouvoir et payer la forfaiture, la complaisance et le silence», a-t-il soutenu.

A ces yeux, ces leaders ont les mains liées et ne peuvent plus porter le combat du peuple contre le pouvoir en place. Qui, selon lui, pose des actes qui n’inspirent pas confiance même s’il dit reconnaitre les efforts faits par le Président Macky Sall dans le cadre de l’exécution de son programme en raison du caractère prioritaire et urgent de tous les dossiers. « Nous savons que les résultats escomptés ne peuvent pas être immédiats, mais le langage austère et abusif, genre : «je ne suis pas le Président des riches», «je nomme qui je veux», «Les ministres et directeurs qui perdront leurs localités, perdront leurs postes» risque de nous pousser à des réactions non voulus», a-t-il averti.

Les commentaires sont fermés.