Modern technology gives us many things.

Ali Bongo Ondimba réclame la réclusion criminelle à perpétuité contre…

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a demandé, samedi à Libreville, que les auteurs de crimes de sang, avec prélèvement d’organes soient condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, sans aucune possibilité de remise de peine.


bongo 2La sentence doit être la même pour leurs complices et commanditaires éventuels, a déclaré le chef de l’Etat, s’adressant à une foule de manifestants rassemblés sur l’esplanade de la présidence de la République, point d’achèvement d’une marche organisée par l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) pour dénoncer ce phénomène dont la récurrence dans le pays devient une préoccupation majeure.

Le chef de l’Etat a exhorté la police à être ‘’présente dans les quartiers pour empêcher que les crimes soient commis”.

‘’Et quand je dis que la police doit être présente dans les quartiers comme force dissuasive, c’est pour protéger les citoyens et non pour les racketter”, a-t-il déclaré, recevant à l’occasion une ovation appuyée du public, satisfait que le chef de l’Etat ait publiquement dénoncé le ”racket policier”, un autre fléau national.

‘’Et si par malheur le crime est commis, la police doit disposer de tous les moyens d’investigation modernes, a-t-il dit, soulignant qu”’ il nous faut disposer des outils les plus avancés dans le domaine de l’investigation, afin d’accroitre les possibilités de retrouver et de punir les criminels, même après de longues années de tâtonnements (…)”.

Le président gabonais a exhorté le gouvernement à ‘’explorer toutes les possibilités y compris la coopération internationale, afin de rendre notre police plus efficace, plus opérationnelle, plus en adéquation avec les phénomènes criminels nouveaux auxquels nous avons à faire face”.

”Notre détermination doit être sans faille, sans faille aussi pour écarter les nouvelles menaces que sont la piraterie et le terrorisme”, a-t-il dit, soulignant que ”notre police et notre gendarmerie devront donc être capables de faire face, de faire front et d’annihiler ces formes nouvelles de criminalité”.

Dénonçant une récupération politique, l’opposition gabonaise et des organisations de la société civile ont organisé une contre-manifestation à la marche de l’ALCR.

Celle-ci a regroupé du beau monde. Aux premières loges se trouvaient la première dame du Gabon Sylvia Bongo Ondimba, l’Archevêque de Libreville, Mgr Basile Mvé Engone et d’autres hauts responsables religieux…

Les commentaires sont fermés.