insécurité alimentaire
Un enfant souffrant de malnutrition

faim nigerAu Niger, la malnutrition a causé la mort de 362 enfants de moins de 5 ans entre janvier et septembre dans la seule région de Zinder, au centre-est du pays. Ce bilan, rapporté lundi 7 octobre par le bureau de l’ONU au Niger, est dû à un fléau désormais endémique.

« Selon le dernier rapport de la situation épidémiologique de la région de Zinder, 79 087 cas de malnutrition aiguë sévère », précise une note d’information du bureau de affaires humanitaires de l’ONU à Niamey, capitale du pays.

Zinder, deuxième région la plus peuplée du Niger, est régulièrement frappée par des crises alimentaires sévères, consécutives à la sécheresse, et affectant surtout femmes et enfants. Qu’elle soit modéré ou aiguë, la malnutrition affecte l’intégralité de ce pays pauvre et désertique.

Depuis le début de l’année, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) affirme avoir constaté une haussede la malnutrition dans ce pays, par rapport à la même période de 2012. Une enquête nationale menée en juin nuance toutefois ce résultat. Cette enquête observe ainsi une baisse « de 14,8 % en 2012 à 13,3 % en 2013 » de la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans, même si celle-ci demeure « au-dessus du seuil d’alerte de 10 % fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ».

 505 976 CAS DE MALNUTRITION RÉPERTORIÉS DEPUIS JANVIER

Au cours des sept premiers mois de l’année, 505 976 cas de malnutrition ont été traités par les structures publiques de santé du Niger, soit près de la moitié des cas attendus en 2013, indique le ministère nigérien de la santé.

Selon l’Unicef, la malnutrition est causée principalement par l’absence de nutriments essentiels chez les enfants, engendrant des retards de croissance et affaiblissant le système immunitaire face aux maladies infantiles ordinaires.

Les maladies infectieuses, le manque d’eau potable et d’hygiène « contribuent significativement à la détérioration » du statut nutritionnel des enfants, souligne le ministère de la santé. Surtout, « la malnutrition et le paludisme » demeurent « une combinaison fatale pour les enfants de 5 ans », préviennent les ONG.

PARTAGER