Modern technology gives us many things.

Alerte à Kédougou/Le Maire vend les terres aux sociétés minières (Reportage xibaaru)

Des conflits en vue dans les prochains jours dans la commune de Kédougou

moustapha guirassy 3Les membres de la coalition locale de la société civile sont montés ont créneau hier lundi 30 Septembre 2013 pour fustiger avec la dernière énergie le bradage de l’assiette foncière de la commune de Kédougou au profit des privés et des sociétés minières.

Va-t-on vers le bradage des terres au profit des riches des sociétés minières ?

Depuis un certain temps, les délibérations du conseil municipal de Kédougou sur le foncier sont de plus en plus fréquentes. Et la demande en terres des privées ne cesse d’augmenter auprès de cette municipalité. Et  pourtant selon le code des collectivités locales, le conseil municipal n’a pas compétence d’attribuer les terres.

La premier faux-pas

Sur une demande formulée d’une superficie de 7 ha, la CSTTAO  va bénéficier tacitement d’une superficie globale 25 ha telle est l’une des principales conclusions de la réunion du conseil municipal tenue au mois d’Août dernier.

Il faut dire que le conseil municipal a donné un avis a favorable  sous réserve que les responsables de la CSTT-AO se présentent devant les élus pour leur décliner les tenants et les aboutissants de l’installation d’une telle compagnie à Kédougou. Sans qu’aucune suite ne soit donnée à cette première délibération, le conseil municipal s’est engagé sur un autre chemin. En l’espace de quelques jours, c’est encore d’autres superficies de terres encore plus importantes  qui vont passer sous l’emprise de privées.

Le second faux-pas

Il concerne la délibération pour l’octroi de 1000 parcelles à la coopérative des travailleurs de Teranga Gold Corporation de Sabodala, une demande de parcelle pour le groupe scolaire IAM entre autres.

moustapha guirassy 2Le conseil municipal de Kédougou en sa séance du jeudi 27 Septembre 2013 a délibéré  en donnant avis favorable à toutes ces demandes. Cette délibération cache mal la forêt des problèmes que rencontre le conseil municipal de Kédougou dans le lotissement. M Moustapha Guirassy a saisi cette occasion pour fustiger les lenteurs accusées dans le traitement des dossiers afférents au lotissement de Lawol-Tamba.

« Nos prévisions ont été lourdement faussés, nous comptions sur le fonds social minier depuis des années. Il n’a jamais été au rendez-vous, jamais l’Etat n’a reversé une part de ce fonds social minier aux collectivités locales. Nous avons été perturbés par le ralentissement du traitement de nos dossiers pour le lotissement de Lawol-Tamba par les autorités à l’occurrence le gouverneur de la région de Kédougou qui avait en charge de transmettre le dossier pour la régularisation du lotissement. Les lotissements ont eu lieu depuis 2010, malheureusement depuis 2010 aucun frais de bornage n’a été versé au trésor. Imaginez l’impact que cela peut occasionner sur la trésorerie de la commune » a –t-il laissé entendre.

 Le conseil municipal entend profiter des largesses offertes par le gouvernement en place (NDLR: qui selon nos sources a demandé l’extension des communes.) pour puiser dans l’assiette foncière de la commune pour solutionner ses nombreux problèmes de trésorerie.

Cette volonté est manifeste au conseil municipal de Kédougou dirigé par M Moustapha Guirassy, ancien ministre de la communication sous Wade.

Le foncier, alternative  de sortie de crise

kédougou terres« Pour surmonter toutes les difficultés de trésorerie, nous avons décidé de revoir à la hausse certains tarifs, nous avons aussi délibéré par rapport à certaines demandes qui vont dans le sens d’accélérer l’urbanisation de la commune et offrir aux jeunes des opportunités de trouver de l’emploi.» a précisé M Guirassy.

Cette solution est loin de plaire à la coalition locale de la société civile  qui a dénoncé  jusqu’à la dernière énergie cette façon de  faire du conseil municipal de Kédougou

« L’octroi de 1000 parcelles à cette coopérative est inadmissible. Loin de développer des idées de xénophobes, moins de 20 jeunes natifs de Kédougou travaillent dans ces sociétés .Pourtant, il y a des centaines de jeunes travailleurs natifs de Kédougou qui continuent encore à vivre dans le domicile parental. L’histoire nous donnera encore raison. Le morcellement de Gada-Dinguessou a profité plus aux commerçants nantis qu’aux pauvres. Nous saluons l’esprit républicain du gouverneur qui a refusé d’approuver le lotissement du quartier Lawol-Tamba. Beaucoup de conseillers municipaux se sont rués sur le foncier pour changer leur train de vie au moment où en hivernage, certains habitants de la commune croupissent dans les inondations. » a  laissé entendre M Mor Khouma, coordonnateur de l’observatoire régional de la RADDHO.

kédougou raddho 1Mor Khouma (photo) reviendra à la charge pour dire : « C’est vraiment regrettable d’entendre Guirassy dire qu’il attend l’approbation du lotissement de Lawol-Tamba pour sortir la commune de Kédougou de l’obscurité. Le vol est devenu le pilier de l’excellence à Kédougou qui demeure encore une bourgade. Le Sénégal est un Etat de droit, nous avons ras -le- bol de cette gestion nébuleuse du foncier ».

Oui à un audit du foncier dans la commune de Kédougou

La coalition locale de la société civile entend mettre ses menaces à exécution si l’Etat ne prend pas ses responsabilités à temps.

«  Ce point de presse est une alerte à l’opinion publique et à l’Administration. Nous demandons à l’Etat un audit du foncier dans la commune de Kédougou avant les prochaines élections locales. Nous allons évaluer l’impact de ce point de presse d’ici à  48h si rien n’est fait, nous allons organiser une marche pacifique et déposer un mémorandum auprès des autorités administratives pour dénoncer cette gabegie foncière » a ajouté M Khouma.

Les demandeurs de terres (sociétés minières souvent puissantes) s’appuient généralement sur la fibre sensible des autorités à savoir des promesses pour la création d’emplois pour les jeunes, la modernisation de l’urbanisation dans la commune de Kédougou…. Le constat est que rares sont les jeunes qui arrivent à trouver un emploi durable dans ces sociétés minières. Aujourd’hui, le plus petit kédevin conscient ne cesse de se demander ce que deviendra la commune de Kédougou d’ici à 10 ans si toute l’assiette foncière de la commune est cédée aux sociétés minières privées.

Que deviendront les pauvres qui n’ont  ni les moyens ni les connaissances requises pour formuler une demande pour accéder à de terres et dont  la plupart  continuent à patauger dans les eaux pendant l’hivernage ?

Une menace réelle de troubles liés au foncier pèse sur Kédougou qui n’a pas peur du développement.

Correspondance (Adama Diaby Kédougou pour xibaaru.com)

Les commentaires sont fermés.