Modern technology gives us many things.

Affaires des 47 milliards : les avocats de Aïda Ndiongue accusent

avocats aidaLe collectif des avocats de Madame Aïda Ndiongue accusée par le procureur de la République Bassirou Gueye ont apporté une riposte cinglante lors de leur conférence de presse tenue hier à l’hôtel Terrou Bi.

Me Bourso Pouye a ouvert la conférence de presse en s’excusant du léger retard pour des raisons indépendantes de leur volonté. A l’entame de ces propos, elle a rappelé à la presse que rien que le droit ne sera dit dans cette salle. Ils ont saisi L’UMS (Union des Magistrats du Sénégal) avant de faire cette rencontre avec la presse. Et selon la défense de Aïda Ndiongue, l’UMS a condamné dans toute sa rigueur la violation du secret d’instruction faite par Monsieur le procureur de la République, Bassirou Gueye.
La conférence de presse était  axée sur 3 points essentiels à savoir:

1) Si le Procureur avait le droit de tenir de tels propos : sujet traité par l’ex premier ministre Me Souleymane Ndéné Ndiaye qui a rejoint le collectif.

2) Qui est derrière cette conférence de presse du Procureur ? Me Moustapha Diop est chargé de développer ce point.

3) Les propos tenus par le Procureur sont-ils en conformités avec la réalité ? Me Mbaye Jacques Ndiaye se chargera d’éclaircir cette question.

Me Souleymane Ndéné Ndiaye a fustigé le pouvoir en place qui se croit tout permis par la sortie malencontreuse du procureur de la République : « Les dispositions de la loi sont censées être connues par tous. Le procureur de la république a violé le secret de l’instruction en ces articles 11 et 363 du Code de Procédure Pénale ». Me Souleymane Ndéné NDIAYE donne à titre d’exemple l’affaire Betancourt en France où le Procureur a été inculpé par les mêmes délits que ceux de Bassirou Gueye qui a violé les secrets de l’instruction. Me Souleymane Ndéné NDIAYE dira même que c’est la première fois qu’une telle chose se passe au Sénégal et a condamné dans toute sa rigueur la sortie du Procureur. Me Borso Pouye de renchérir que Mme Aida Ndiongue va porter plainte contre le Procureur Bassirou GUEYE.

Me Moustapha Diop abonde dans le même sens que Me Souleymane Ndéné NDIAYE, qui disait que c’est la première fois qu’un tel fait se passe au Sénégal; Me Diop rappelle l’affaire dite des chantiers de Thiès : « le Procureur de l’époque avait fait une faute similaire mais moins grave par rapport aux déclarations du Procureur Bassirou Gueye ».

Selon Me Moustapha Diop Qui peut donner de telles instructions au Procureur Bassirou Gueye?

Il cite par ordre :
Le Procureur Général : « ça ne peut pas être le procureur général car aucun représentant du parquet n’était à côté du Procureur lors de sa déclaration ».

Le Ministre garde des sceaux : «  C’est un éminent juriste de renommé international qui a été Président de L’ONDH. il n’ose pas après une trentaine d’années de carrière de divulguer les secrets d’instruction ».

Le Président de la République : « le président maitrise les droits de la défense et vous vous rappelez que le président de la république avait été  l’objet d’une poursuite judiciaire sur un blanchiment d’argent en date du 26/01/2009 ».

Il défit tout le monde dans la salle : « qui peut me donner le montant qui avait fait l’objet de cette enquête ? ».

Personne ne le savait parce que le procureur qui était à charge de ce dossier savait garder les secrets d’instruction. Le président de la République ne va jamais donner de telles instructions au Procureur.
Donc par ordre hiérarchique il ne restait qu’une seule Personnalité à savoir le Premier Ministre que la salle à l’unanimité a ovationné le nom. Et Me  DIOP de se poser la question pourquoi des telles instructions ?

A qui profite le crime?

« Mimi veut se crédibiliser auprès de l’opinion publique pour se maintenir au poste et pourra financer ces projets en déclarant aux sénégalais qu’elle a mis à leur disposition cette somme pour les finaliser » dixit Me Moustapha Diop.

Me Diop pense que cette déclaration du Procureur tend à aussi influencer la chambre d’accusation pour donner raison au Parquet surtout quand Monsieur le Procureur déclare qu’aucune contestation n’a été faite jusqu’à présent.

« Faux archi Faux » déclarent-ils. « Sinon pourquoi saisir la chambre d’accusation ? ».

Pour conclure Me Diop déclare que le Procureur a dépassé les bornes et quand quelqu’un dépasse les bornes il faut l’arrêter sinon d’autres violations plus graves peuvent être faites.

A.M.Dramé/Dakar.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.