Modern technology gives us many things.

Affaire Snowden: comment les Etats-Unis ont espionné le monde

obama espionnageGrâce aux documents fournis par l’ex-consultant informatique Edward Snowden, les journaux « Der Spiegel » et « The Guardian » ont révélé une partie des techniques qu’auraient utilisées les États-Unis pour espionner les institutions européennes.

Noms de code: Wabash et Blackfoot. Deux noms propres peu courants, choisis par les Etats-Unis pour désigner les programmes d’espionnage des institutions de la France. Et elles ne sont pas les seules cibles. Au total, selon les révélations de The Guardian et de Der Spiegel, 38 pays seraient sous l’œil des Etats-Unis depuis plusieurs années. Comment procèdent-ils?

> Des micros cachés

Les techniques de James Bond ne sont parfois pas loin de la réalité. L’Agence de sécurité américaine NSA aurait fait installer des micros d’écoute dans le bâtiment de l’ambassade de l’Union européenne à Washington. Opération similaire dans les bureaux de certaines délégations européennes à l’ONU, selon un document daté de 2010, révélé par Der Spiegel, et obtenu grâce à l’ex-consultant informatique Edward Snowden. La NSA pouvait ainsi écouter les discussions dans les différentes pièces.

Des e-mails et des machines piratés

Selon ce même document, le réseau informatique du bâtiment de l’ambassade de l’UE aurait été infiltré, et des logiciels d’espionnage installés sur certains équipement électroniques, permettant à la NSA de consulter e-mails et documents échangés en interne. The Guardianévoque ainsi la méthode Dropmire, détaillée dans un document de 2007, et consistant à installer un logiciel-espion dans un Cryptofax, machine servant à envoyer des câbles confidentiels aux différents ministères des Affaires étrangères.

Des antennes-espionnes

La surveillance de l’ambassade européenne a pu se faire également grâce à des antennes, placées sur le bâtiment de la K Street, à Washington, qui pouvaient capter les transmissions de données envoyées par les employés, selon The Guardian.

Des appels suspects

Der Spiegelrapporte également que des documents mentionnent la responsabilité des services secrets américains dans une opération d’espionnage à Bruxelles il y a environ 5 ans. A cette période, des experts en sécurité européens avaient remarqué différents coups de fil suspects visant le bâtiment bruxellois où se tient le Conseil des ministres européens. Une enquête leur avait permis de remonter à la source de ces appels, passés depuis un bâtiment utilisé par les experts de la NSA. Le quotidien allemand n’en dit pas plus, en revanche, sur la fonction de ces appels suspects.

Les commentaires sont fermés.