Modern technology gives us many things.

Affaire Sidy Lamine Niasse : ils sont subitement tous muets !

sidy lamine niasse 1Le Sénégal est un pays où tout est à l’envers et tout marche à reculons. Dans ce nouveau Sénégal sous Macky ‘le Riche’, la morale et la probité sont piétinées tandis que le crétinisme, la stupidité et l’arriération sont applaudis et mis en exergue. Les preuves sont là et bien visibles. Et aujourd’hui, la polémique déclenchée par les révélations de Sidy Lamine Niasse, président du groupe Wal Fadjri, prouvent que le régime de Macky ‘le Cresus’ est aussi sombre que celui de son prédécesseur. Le patron de Wal fadfri n’a pas raté Macky Sall en l’accusant du délit d’enrichissement illicite et qu’il détiendrait des preuves de toutes ses déclarations. Gravissime ! Et pourtant depuis cette sortie de Sidy Lamine Niasse dans la presse en ligne, le ministre de la justice et le procureur ont gesticulé et toussé sans rien faire. Et depuis lors, d’après certaines rumeurs, le président aurait décidé de ne pas le poursuivre. Mais les observateurs et experts judiciaires de ce pays sont formels : « pour si peu, Bara Gaye a fait 6 mois de prison. Mais Sidy Lamine Niasse a fait pire ».

Les infractions

Sidy Lamine Niasse a commis trois infractions qui doivent être punies, selon le Pr Mody Gadiaga de la faculté de droits et de sciences politiques à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. « Il a commis le délit d’offense au Chef de l’Etat qui est une institution. Ensuite le délit de diffusion de fausses nouvelles de nature à compromettre la sécurité publique, à saper le moral des populations et à jeter le discrédit sur les institutions de la République. Et enfin il a commis le délit d’atteinte à la sécurité publique et délit voisin selon l’Article 80 » explique le professeur émérite sur le plateau de la télévision publique.

Les poursuites

Toujours selon le professeur Gadiaga, « le président est une institution et doit être protégé. Lui-même ne peut pas renoncer à cette protection ». Et le Pr Gadiaga ajoute que ‘’si le président refuse de porter plainte, la poursuite n’est pas subordonnée à une plainte de sa part. La plainte est systématiquement engagée lorsqu’on le délit d’offense est constaté par le procureur’’.

Fuite en avant

Dès la diffusion sur les sites en ligne, le procureur convoque Sidy lamine Niasse puis annule sa convocation. Le ministre de la Justice, jadis défenseur des victimes, ne pipe pas un seul mot. C’est le CNRA de Babacar Touré qui interdit à Sidy lamine Niasse de diffuser sur Walf tv et Walf fm. Une fuite en avant de la machine judiciaire qui préfère laisser les communicants régler leur problème entre eux. Mais que peuvent faire Babacar Touré et son CNRA sans pouvoir, face à un Sidy Lamine Niasse qui a bousculé Senghor, Diouf et Wade ?

Mais à quoi rime toute cette mascarade ? La machine judiciaire est subitement grippée et refuse d’aller au bout. Dans l’affaire Bara Gaye, tout est allé pourtant très vite. Et les propos de Bara Gaye sont moins offensants que ceux de Sidy Lamine Niasse.

De qui a-t-on peur ?

Sidy fait-il si peur au point d’insulter, accuser le président de ce pays et dormir tranquillement ? A-t-on peur de ses propos ? Existe-t-il une vérité cachée quelque part. Pourquoi le procureur Bassirou Gueye a reculé et pourquoi le ministre de la justice, le grand communiquant, défenseur des libertés, Me Sidiki Kaba, est muet depuis cette histoire ? Il y a trop de questions sans réponses.

Mais pour prouver leur impartialité, le procureur doit sévir et le ministre doit aller au bout comme il semble le faire dans le procès Habré. Mais il n’y a pas que Habré au Sénégal. Cette fois, c’est le président qui est attaqué et la justice doit être appliquée. Sinon Démissionnez messieurs !

Doudou Andy NGOM.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.