Modern technology gives us many things.

Affaire Aïda Ndiongue : les motivations louches du procureur Bassirou Guèye

procureur bassirouAujourd’hui,  la question est de savoir si le procureur Bassirou Guèye a violé le secret de l’instruction concernant l’affaire Aïda Ndiongue. Au vu de l’affaire pour laquelle l’ancienne sénatrice libérale est incarcérée depuis plus d’un mois et qui est relative au marché des produits phytosanitaires du Plan Jaxaay destiné au relogement des sinistrés des inondations, on ne peut pas parler de violation de secret de l’instruction puisque le juge d’instruction n’a pas encore enclenché une procédure judiciaire afférente. Autrement dit, les révélations faites par le procureur de la République lors de sa conférence de presse ne concernent en rien l’affaire pour laquelle Mme Ndiongue est en détention. Par conséquent, dans ce cas-là, on ne peut pas faire grief à Serigne Bassirou Guèye d’avoir violé un secret d’instruction. Cela dit, la démarche adoptée par le procureur de la République pour informer le public n’est pas exempte de reproches. Il a fait, de par sa manière méticuleuse d’informer, son cinéma devant les caméras de télévision et accablé sciemment une accusée bénéficiant de la présomption d’innocence.  En effet, lors de cette conférence de presse Serigne Bassirou Guèye, tatillon, est allé dans des détails qui laissent planer un doute sur ses intentions réelles de nuire à la réputation d’une dame ou sa volonté de la jeter en pâture à un public scandalisé, indigné et estomaqué par ses révélations aux allures d’un scandale financier sans précédent. Et cela au point d’assimiler la  responsable libérale à Carmen Sandiego, cette cambrioleuse hors pair, considérée comme la plus grande voleuse du monde car spécialisée dans les vols d’œuvres d’art et autres trésors archéologiques et surnommée « Femme en rouge », « Maîtresse du Crime » ou encore « Duchesse de la Ruse ». Détailler aux Sénégalais que les avoirs découverts dans les comptes bancaires de la militante libérale équivalent à la dépense quotidienne d’une personne sur une durée de cent ans à raison de 1 300 000 francs CFA, c’est inciter les journalistes captivés par le sensationnalisme à informer le public naïf de façon à l’indigner avec ces chiffres effectivement révoltants. En donnant son scoop à des journalistes émotifs en panne d’analyse, le procureur ne vise-t-il pas à se faire mousser pour obtenir une promotion dans l’organigramme judiciaire de l’Etat ? Que cherche-t-il en étalant avec minutie les sommes astronomiques et bijoux de valeur découverts dans les comptes bancaires de l’ancienne sénatrice socialiste ? En déblatérant aux journalistes médusés voire abusés que les bijoux sont estimés à presque 15 milliards, le procureur, visiblement, s’est emballé. En effet,  pour ne pas verser dans la pifométrie,  a-t-il requis les services d’un gemmologue, c’est-à-dire d’un expert spécialisé dans l’étude des pierres précieuses, pour déterminer la valeur des bijoux et pierres précieuses découverts par les gendarmes ? Voilà des questions qui peuvent laisser dubitatifs les Sénégalais sur le caractère scientifique du travail des pandores de la Section de Recherches, et sur les véritables intentions du procureur de la République.

Naturellement, il fallait s’attendre à une sortie des avocats de Mme Aïda Ndiongue pour passer à la contre-offensive. A travers une conférence de presse tenue dès lundi, ces derniers ont balayé d’un revers de main l’argumentaire du patron du Parquet. Mais la réplique mollassonne, désinvolte voire impertinente des avocats de l’ancienne sénatrice a  fait douter bon nombre de Sénégalais sur leur capacité à pouvoir tenir la dragée haute au procureur de la République. Certains n’ont pas hésité à déclarer que le pool d’avocats, par manque de maîtrise de son sujet, a enfoncé sa cliente au lieu de la tirer d’affaire.

SERIGNE SALIOU GUEYE (Temoin)

Les commentaires sont fermés.