Modern technology gives us many things.

Affaire Aïda Ndiongue : la justice sénégalaise fait honte !

aida ndiongueLe procureur de la République Bassirou Guèye a été formel lors de sa conférence de presse : « les biens de Aïda Ndiongue découverts dans des banques ne concernent pas les marchés phytosanitaires du Plan ‘Jaxaay’. Et Aïda Ndiongue a été mise sous mandat de dépôt par rapport au marché qu’elle a obtenu dans le déroulement du Plan ‘Jaxaay’. Alors pourquoi le procureur fait étalage des biens de Aïda Ndiongue découverts dans les banques.

L’inculpation

 

Le 17 décembre dernier, la machine judiciaire s’est déclenchée pour mettre en prison Aziz Diop, ex-coordonnateur du Plan ‘Jaxaay’ et Aïda Ndiongue, bénéficiaire des marchés dits phytosanitaires du plan ‘Jaxaay’ pour détournements de deniers publics, faux et usage de faux, escroquerie portant sur la somme de 20 milliards 688 millions CFA. Cette décision prise par le procureur Bassirou Guèye a abouti aux arrestations de Aïda Ndiongue et ses présumés complices. Serigne Bassirou Guèye a débusqué les paiements de Mme Ndiongue et conduit personnellement les auditions à la Section de recherches de la gendarmerie qui a reconstitué la fortune de l’ex-sénatrice libérale en montrant comment elle a touché 20 milliards 688 millions.

Le 17 janvier, le même Serigne Bassirou Guèye, dans une conférence de presse, en mode show express, évacue la presse en 19 minutes en déclarant : « Nous avons découvert un pactole évalué à 47 milliards 675 millions de FCFA sur le compte de Aïda Ndiongue. Ces biens saisis ont été placé sous bonne garde dans une institution financière de la place ». Jusque-là pas de problème.

Mais quand ce procureur ajoute : « Je vous affirme que cet argent n’a rien à voir avec les marchés phytosanitaires ».

Alors pourquoi le déballage ?

Pourquoi étaler les richesses de Aïda Ndiongue sur la place publique ? Veut-on faire comprendre au sénégalais lambda qui éprouve du mal à avoir la dépense quotidienne que cette femme est riche au moment où vous crevez la dalle ? Et le même procureur fait comprendre que la somme de 47 milliards découverts sur les comptes de Aïda Ndiongue peut faire vivre des sénégalais pendant plusieurs années.

 Mais Diantre pourquoi ? Et le secret de l’instruction ?

Sur le site d’informations de l’Union des magistrats sénégalais (Ums) on peut lire ceci : « Le secret de l’instruction vise à garantir une bonne administration de la justice, en assurant au juge sérénité et confort dans l’exécution de sa mission et à protéger l’honorabilité des personnes poursuivies. En vertu du secret qui les couvre, les actes d’instruction ne peuvent donc être divulgués sous peine de poursuites ».

Le président de la Ligue sénégalaise de défense des droits humains (LSDH), Me Assane Dioma Ndiaye a donné son avis sur la sortie du procureur Bassirou Guèye : «Pour une part, je pense que réellement, le Procureur a violé le secret de l’instruction Quand on donne des comparaisons, on essaye même de dire que pour telle somme, un Sénégalais peut vivre pendant un tel nombre d’années, je pense qu’on est allé au-delà du nécessaire.  Si le souci était de satisfaire le droit à l’information des citoyens sénégalais, on aurait compris. Mais, là, j’estime qu’on ne pouvait pas donner les détails, les montants retrouvés et faire certaines comparaisons, certaines spéculations. Je pense vraiment qu’on a violé le secret de l’instruction»

 

Me Mbaye Jacques Ndiaye, l’avocat de Aïda Ndiongue : « le Conseil supérieur de la magistrature doit arrêter les dérapages du parquet. Le Procureur a posé un acte d’une extrême gravité. Le dossier est entre les mains d’un juge d’instruction. Le Parquet est dessaisi de cette enquête. Donc, je ne vois pas ce qui peut pousser le parquet à faire des perquisitions. Le Procureur viole allégrement les droits de la défense et les secrets de l’instruction ».

 

A quel jeu joue donc le procureur Bassirou Guèye ? Au jeu du Pouvoir ?

Sûrement pas celui de Macky.

Il joue au jeu de l’ignorance et cela peut affecter la renommée de la justice sénégalaise. Une justice qui traque des biens invisibles en employant des effets spéciaux.

Doudou Andy NGOMxibaaru.com

 

Les commentaires sont fermés.