blaise 7Le tripatouillage de Constitution, ou la magouille pour se maintenir au pouvoir, ad vitam aeternam, est révolu en Afrique ! Nous sommes désormais dans une Afrique du 21siècle, siècle de l’Afrique, et du troisième millénaire caractérisé par une nouvelle Théorie Paradigmatique de la Communication dont l’objectif est, entre autres, de replacer dans ce continent immensément riche, chaque chose à sa place, mais vraiment dans un ordre qui redonne à cette Afrique sa véritable place dans le concert des nations. Cette Afrique qui a été « pervertie », consciemment ou inconsciemment par des détracteurs externes et leurs complices internes, et dont certains complices ne comprennent pas encore ou refusent de comprendre qu’on ne peut pas tromper tout un peuple tout le temps.

Le tripatouillage de Constitution, ou la magouille pour se maintenir au pouvoir, ad vitam aeternam, est révolu en Afrique ! Et s’il y a un « Chef d’Etat » qui devrait se le tenir pour dit, une fois pour tout, c’est bien Blaise Compaoré qui serait en train de succomber à la tentation de postuler de façon habile à un 3ème mandat.

Blaise, il faut savoir quitter les bonnes choses avant que les bonnes choses ne vous quittent !

En effet, d’ici à moins de deux ans, Blaise Compaoré devra choisir s’il part ou s’il reste au pouvoir. Et à ce moment, il sera alors à sa 29ème  année de règne sans réel partage après s’être construit durant toute cette période, une image d’homme providentiel. Certes, il n’a pas encore formellement pris sa décision de manière officielle, mais l’envie de rempiler pour un troisième mandat est grande. Seulement, ce qu’il y aurait à craindre éventuellement, c’est qu’en cas de vouloir coûte que coûte se repositionner, il finisse par créer une double situation de tensions sociales et politiques et décorner son image d’homme ou de chef d’Etat providentiel, « médiateur ? » aux compétences éventuellement avérées dans la résolution de conflits en Afrique.

Blaise, il faut savoir quitter les bonnes choses avant que les bonnes choses ne vous quittent !

Vous avez déjà réalisé de quoi marquer, en bien, votre histoire présidentielle pour la postérité, quand bien même que vous ne faites pas le consensus au tour de cette personne ; et vous savez pourquoi ?

D’ici novembre 2015, espérer « user de ruse » pour rempiler pour un troisième mandat, cela peut paraître loin. Et, deux ans en politique, cela peut paraître encore très long, notamment pour un pays, votre pays qui, de l’aveu même de ses plus hauts dirigeants, ne sait pas faire dans la transition démocratique, car il n’a jamais eu l’occasion d’en vivre une…

Blaise, il faut savoir quitter les bonnes choses avant que les bonnes choses ne vous quittent !

De qui ou de quoi avez-vous peur ? « C’est mon choix qui va être déterminant. Je sais où sont les limites de mes forces et de mon intelligence », aviez-vous dit le 22 septembre dernier sur les ondes de La Voix de l’Amérique. Et même vos partisans rappellent que 62 ans c’est encore jeune pour un chef d’État que vous êtes. Mais de grâce, arrêtez de semer le flou. Partez avant qu’il ne soit trop tard pour éviter que le syndrome de certains pays dont vous avez été médiateur de résolution de conflits n’atteigne votre pays et sa population. Ce pays des « Hommes intègres » dont un certain vénéré Thomas Sankara avait humainement, entre autres, fait savoir au monde et à ses camarades les vertus sacrées de la nature. Et voilà des décennies déjà et aucun témoignage ne ternit l’image, le courage, les pédagogies, sur le plan politique, sociale, développemental, économique, etc., des valeurs humaines de ses enseignements révolutionnaires. « Il faut produire, produire plus parce que, il est normal que celui qui vous donne à manger vous dicte également ses volontés. Il y en a qui demande mais où se trouve l’impérialisme, l’impérialisme, regardez dans vos assiettes quand vous mangez, les grains de riz, de maïs, de mil importés, c’est ça l’impérialisme, n’allez pas plus loin. Cette assistance qui développe en nous la mentalité d’assisté, nous n’en voulons vraiment pas.

Mais la production, si j’ai pris le cas des céréales ne se limite pas seulement à l’agriculture, la production se sera dans tous les domaines, à l’usine, dans les bureaux et j’invite chacun à la production intellectuelle.

Le plus important, je crois, c’est le fait d’avoir amené le peuple à avoir confiance en lui-même. A comprendre que finalement, il peut s’asseoir et écrire son développement, il peut s’asseoir et écrire son bonheur, il peut dire ce qu’il désir. Et en même temps sentir qu’elle est le prix à payer pour ce bonheur », Sankara dixit.

Jean Jacques Rousseau disait : « Je ne vois dans tout animal qu’une machine ingénieuse, à qui la nature a donnée des sens pour se remonter elle-même, et pour se garantir, jusqu’à un certain point, de tout ce qui tend à la détruire, ou à la déranger. J’aperçois précisément les mêmes choses dans la machine humaine, avec cette différence que la nature seule fait tout dans les opérations de la bête, au lieu que l’homme concourt aux siennes, en qualité d’agent libre. L’un choisit ou rejette par instinct, et l’autre par un acte de liberté, ce qui fait que la bête ne peut s’écarter de la règle qui lui est prescrite, même quand il lui serait avantageux de le faire, et que l’Homme s’en écarte souvent à son préjudice ». Voilà qui est bien distinctement défini…

Ecartez-vous, Blaise, quel qu’en sera le prix à payer. Car, pour ne pas être décalé, il faut savoir se positionner, notamment pour l’intérêt éminent de l’Afrique et des Africains qui en ont assez de magouilles, des tripatouillages et autres combines pour se maintenir au pouvoir. En effet, une fois de plus, Blaise, il faut savoir quitter les bonnes choses avant que les bonnes choses ne vous quittent ! Et ce, en vous remerciant de vous appropriez et de vous redire ses sages propos de Thomas Sankara : « Je voudrais simplement dire que nous devons accepter de vivre africain, c’est la seule façon de vivre libre et de vivre digne ! »

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER