Modern technology gives us many things.

Abdoul Mbaye et Sonko aux côtés du PDS : cherchez l’erreur

En politique tout est possible, a-t-on l’habitude de dire. Eh bien, la collaboration entre le Parti démocratique sénégalais (PDS) et l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye ou Ousmane Sonko ou même le Rewmi au sein de l’Initiative pour des élections transparentes le confirme. Point n’est besoin de revenir sur l’histoire tumultueuse entre Idrissa Seck et Me Abdoulaye Wade à propos de l’affaire des “Chantiers de Thiès” qui a abouti au “fameux” protocole de Rebeuss.

Cependant, il est intéressant de rappeler les rapports heurtés entre le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT) et le PDS. En effet, les libéraux ont été les plus farouches détracteurs de l’ancien chef du gouvernement. L’on se rappelle de la motion de censure déposée par le PDS en son encontre pour avoir gardé une partie de l’argent d’Hissène Habré en 1990 après l’exil de l’ancien Président tchadien au Sénégal. Peu de temps après M. Mbaye était limogé après seulement 17 mois d’exercice. Mais aujourd’hui, c’est lui qui cherche à nouer une alliance avec le PDS comme il l’avait d’ailleurs essayé lors des Législatives. M. Mbaye n’hésite d’ailleurs pas à chanter les louanges de l’ancien Président.

Pour ce qui est du leader de Pastef, son combat contre la mal gouvernance, la corruption, l’injustice, la confiscation des libertés et pour la transparence dans les contrats sur le pétrole et le gaz, etc. fait que sa présence au meeting du PDS à Pikine, jeudi dernier, est intrigante. En effet, le règne libéral a été caractérisé par toutes sortes de dérives, de scandales, de corruption (affaire Segura), de détournements… Ousmane Sonko est considéré par certains comme une des rares personnalités politiques dont le discours est pertinent. Ses nombreuses sorties éventant les deals du Macky font qu’il est très écouté par les jeunes. Certains n’hésitent pas à faire lui le candidat idéal pour la Présidence de la République. Alors, il apparaît paradoxal voire inquiétant de le voir aux côtés des Oumar Sarr et Cie même si, en réalité, il ne s’agit pas d’une alliance ni d’une coalition. Mais, si la real politik l’oblige à se rapprocher stratégiquement des libéraux, que ne fera-t-il pas au nom de la réalité du pouvoir si jamais il est élu ? C’est là toute la question.

Les commentaires sont fermés.