Modern technology gives us many things.

Abdou Latif Coulibaly veut tuer les journaux du Sénégal…Mais aussi toutes les archives

Abdou Latif Coulibaly était un grand journaliste. Il l’était… Mais aujourd’hui, il tue le poumon de toutes les sources : Les archives de l’Afrique occidentale française mais aussi toute la mémoire du Sénégal. Notre ARI (agent de renseignement infiltré) qui se trouve depuis hier dans les sous-sols du Building administratif, a découvert une opération de destruction perpétrée par l’amateurisme du Secrétaire général du gouvernement.
Abdou Latif Coulibaly a expliqué l’attribution du marché de la réfection du Building administratif à un « vendeur » de carreaux cassés à hauteur de 17 milliards. Mais dans ce marché qui, selon lui, a été attribué en bonne et due forme, il a oublié le bureau des archives du Sénégal et de l’AOF (Afrique Occidentale Française) qui se trouve dans les sous-sols du Building administratif. Dakar était la capitale et le siège du gouvernement de l’AOF qui gérait toutes les colonies françaises. Et toute la mémoire de l’histoire du Sénégal colonial et de toute l’Afrique de l’Ouest coloniale, se trouvent dans ce sous-sol du Building administratif.
Après l’attribution du marché, tous les ministères, du rez-de-chaussée au neuvième étage, ont été avertis. Abdou Latif Coulibaly a cherché, avec ses services des sites de recasement pour tous ces ministères…Sauf au bureau des archives qui se trouve au sous-sol. Et ce bureau des archives gère tous les documents du Sénégal depuis 1960, mais garde aussi tous les documents de l’ex AOF de 1945 à 1960. Et ce n’est pas tout. Puisque toutes les immatriculations « ISSN » de tous les journaux Sénégalais, de « Dakar matin » au « Soleil » ainsi que tous les journaux privés ou publics de 1960 à nos jours.
Et lorsque les travaux ont commencé, tous les ministères avaient vidé les lieux sauf la direction des archives dirigée par Mme Fatoumata Cissé. Lorsque cette dernière a vu les eaux des travaux endommager les archives, elle a saisi aussitôt les autorités. Ce qui est dangereux, c’est que si ces archives disparaissent, plus aucun journal ne sera légal au Sénégal car ils auront tous perdu leurs immatriculations ISSN.
Alors Abdou Latif Coulibaly doit revoir ses plans.
Penda Sow pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.