Modern technology gives us many things.

ABC n’ira pas à la présidentielle…

Tous les détracteurs d’Alioune Badara Cissé (ABC) qui le vouaient aux gémonies doivent se cacher sous leurs manteaux noirs de prédateurs…Les membres de l’APR comme Thérèse Faye Diouf, Abdou Mbow et même Mimi Touré qui ont presque qualifié le médiateur de la République de « traître » doivent revoir leur discours. Toutes ces langues fourchues murmuraient la « candidature » D’ABC…Mais au finish (date butoir pour sa démission de la Médiature et sa candidature à la présidentielle, c’est le 26 août), ABC n’a ni démissionné ni déclaré sa candidature…

Pour être candidat à la présidentielle, ABC devrait démissionner six mois avant la présidentielle. Et s’il ne démissionne pas ce dimanche 26 août, alors ABC ne serait pas officiellement candidat et restera médiateur jusqu’au 5 août 2021…Et jusqu’à ce jour, ABC n’a désigné aucun coordinateur national chargé de la gestion du volet parrainage de sa candidature  qui doit participer à la réunion du lundi au ministère de l’Intérieur.

Le calcul

ABC n’a-t-il pas privilégié l’apaisement puis la consécration en se projetant dans l’avenir politique de Macky ?

ABC sait que Macky est à son dernier mandat. Il quittera ses fonctions de président en 2024 s’il obtient un second mandat. Et ABC sait qu’en 2024, il serait mieux placé s’il raffermit ses relations avec Macky entre maintenant et la fin de son second mandat. Il pourrait en tant que Médiateur se positionner comme il fut avec Macky entre 2008 et 2012…Il pourrait reprendre sa place de numéro 2. Alors quand il quittera la médiature en 2021, il pourra accompagner Macky jusqu’en 2024 et prétendre à la succession.

Mais en attendant ABC doit contenir les fougues des ABCdaires et des ABCjaim qui sont ses défenseurs farouches…

1 commentaire
  1. Xan Dalmeida dit

    Âpre à la tâche, servir la nation reste le seul crédo de Maître ABC. la position au sein de la République importe peu quand on a cette noble ambition. Le candidat Macky SALL ne doit pas se tromper d’adversaire dans cette élection présidentielle qui se dessine. Les défis que sont le chômage des jeunes toujours en hausse, les inégalités sociales plus exacerbée, les besoins sociaux de base non encore satisfaits et les injustices flagrantes sont, entre autres pour le sénégalais, à relever: voici des préoccupations qui comptent plus que mille professions de foi. C’est tout un programme productif et inclusif dont la réalisation faciliterait l’obtension d’un second mandat. Le Médiateur de la République en a porté beaucoup par des alertes répétées qui doivent aujourd’hui orienter les politiques. Cela suffit non ?

Les commentaires sont fermés.